Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La CCI de Moselle craint sa "mise à mort"

lundi 9 juillet 2018 à 18:55 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord

Les Chambres de Commerce et d'Industrie dénoncent une possible nouvelle et importante baisse de leur ressources financières. En Moselle, salariés et dirigeants craignent des licenciements et des missions impossibles à remplir auprès des entreprises.

Des affiches explicites sur l'avenir de la CCI à Metz
Des affiches explicites sur l'avenir de la CCI à Metz © Radio France - Clément Lhuillier

Moselle, France

"Casse social", "mise à mort", "licenciements" : ce sont les mots, accompagnés d'un cercueil, que l'on trouve depuis quelques jours sur des affiches placardées sur les sites des CCI de Moselle, dont le siège à Metz. 

Car les dirigeants, les représentants des syndicats et les salariés s'inquiètent du sort que pourrait leur réserver le gouvernement. 

Un récent rapport de l'Inspection générale des finances préconise de diminuer de 400 millions d'euros les ressources des Chambres de Commerce et d'Industrie et de revoir leurs missions auprès des petites et moyennes entreprises. "Nos observatoires, nos cartographies, ce qui se passe sur le commerce, les fonds pour aider les entreprises à se développer dans le numérique... énumère Fabrice Genter, président de la CCI de Moselle, c'est tout ça qui pourrait être menacé."

Regardez ce qu'on fait avec la Sarre, le Luxembourg : les chambres de proximité, c'est ça qui permet de travailler" 

50 postes en moins en Moselle ? 

Dans le Grand Est, le financement (prélevé auprès des entreprises via une taxe) passerait de 64 millions d'euros en 2017, à 24 millions en 2022.  Sachant que les CCI ont déjà eu à digérer d'importantes Selon l'intersyndicale (CFE-CGC, CFDT et UNSA), cela provoquerait la suppression de 400 postes sur 950 actuellement, dont 50 pour la Moselle.

Comment vont se faire ces départs ? Dans quelles conditions ? Muriel Mangeot, déléguée CFE-CGC Grand Est, ne le sait pas. "Il n'y a pas d'accompagnement, de reclassement, rien n'est prévu pour l'instant." 

C'est brutal, les salariés sont sous le choc"

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire pourrait préciser les orientations retenues par le gouvernement, mardi, lors d'une rencontre avec les présidents des CCI à Paris.