Infos

La centrale nucléaire du Tricastin sera-t-elle complètement à l'arrêt pour un temps d'ici la fin de l'année ?

Par Mélanie Tournadre et Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu Vaucluse mercredi 19 octobre 2016 à 4:24

Centrale nucléaire du Tricastin
Centrale nucléaire du Tricastin © Radio France

L'Autorité de Sûreté Nucléaire met la pression sur quatre centrales françaises dont celle du Tricastin. Elles ont 3 mois pour arrêter certains réacteurs et faire des contrôles sur leurs générateurs de vapeur. A Tricastin, deux réacteurs sont concernés. Or, les deux autres sont déjà à l'arrêt.

L ' ASN veut s'assurer que le fond des générateurs de vapeur ne contient pas trop de carbone, ce qui pourrait fragiliser la pièce. Des contrôles ont été lancés sur le parc nucléaire français après la découverte de défauts sur l'EPR de Flamanville et leur calendrier s'accélère après que des anomalies qualifiées de "sérieuses" ont été découvertes.

Des contrôles dans les trois mois

A Tricastin, les réacteurs 2 et 4 devront donc être arrêtés dans les trois mois. Des analyses ont déjà été faites, cette année, sur ces deux réacteurs. Mais des contrôles complémentaires doivent être effectués. Ils vont commencer dans quelques jours pour le réacteur 4, comme prévu, pendant sa période de maintenance. Pour le réacteur 2, en revanche, ces contrôles devaient attendre 2017. Mais l'ASN demande donc à ce que ce soit plus tôt. Aucune date n'est fixée, pour l'instant, d'après EDF Tricastin. La direction n'a pas souhaité s'exprimer.

Un arrêt momentané de toute production au Tricastin?

Le problème c'est que les deux autres réacteurs de la centrale du Tricastin, le 1 et le 3, sont déjà à l'arrêt. Les taux de carbone relevés sur ces générateurs de vapeur sont plus élevés que la norme. L'ASN n'a donc pas donné, pour le moment, son feu vert pour qu'ils redémarrent. Résultat : une situation exceptionnelle pourrait bien se produire en fin d'année: que les 4 réacteurs de la centrale du Tricastin soient arrêtés en même temps.

Partager sur :