Infos

La CFDT en arbitre à la Redoute

Par Pascale Thiebold, France Bleu Nord vendredi 21 mars 2014 à 8:52

Siège de la Redoute à Roubaix
Siège de la Redoute à Roubaix © Sébastien Jarry - MaxPPP

Le syndicat majoritaire n'exclut pas de signer l'accord sur le plan de départ de 1178 salariés mais il reste des points à discuter avec les repreneurs. En ce vendredi matin, seule la CFE CGC a signé le texte.

Malgré l'ultimatum de la direction, l'accord sur le plan social qui prévoit 1178 départs n'a pas été toujours adopté par les syndicats et les deux repreneurs pourraient donc bien abandonner leur projet.

Un seul syndicat, la CFE-CGC qui représente les cadres, a bien signé ce plan social jeudi, mais c'est insuffisant. Pour que l'accord soit adopté il faudrait que la CFDT le signe aussi. Le syndicat représente 50% au moins des salariés. La CFE-CGC est à 22%, la CFDT à 33%. Si la CFDT signait, ça ferait plus de 50%. 

La CFDT syndicat majoritaire, a réuni ses adhérents jeudi soir, afin d'arrêter une position. Mais pour les militants CFDT hors de question de signer. La base l'a clairement dit à la direction du syndicat. Un comité d'entreprise se tient ce vendredi matin au siège de la Redoute à Roubaix.

Nathalie Balla et Eric Courteille, les deux repreneurs de La Redoute ont lancé un nouvel ultimatum aux syndicats venredi matin. Ils leur donnent jusqu'à vendredi 14H00 pour signer le protocole d'accord du plan social, faute de quoi ils saisiront le tribunal de commerce. 

En l'absence de signature, les deux repreneurs pourraient engager une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire devant le tribunal de commerce. Cela fait partie des scénarios envisageable selon Me Mario Califano, l'avocat des salariés.

 

Pascal Catto, le secrétaire régional de la CFDT

Partager sur :