Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La CFDT va signer l'accord sur le plan social de La Redoute

lundi 24 mars 2014 à 16:10 Par Eric Turpin, France Bleu Nord

Le syndicat a annoncé lundi lors d'une conférence de presse qu'il allait signer les mesures sociales qui accompagnent le plan de reprise de La Redoute. Une signature qui va permettre la cession de l'entreprise. Les deux repreneurs avaient menacé de jeter l'éponge.

La Redoute : le site de la Martinière à Wattrelos dans le Nord
La Redoute : le site de la Martinière à Wattrelos dans le Nord © Hubert Van Maele - Maxppp

La CFDT va signer l'accord sur le plan social à la Redoute. Le syndicat l'a annoncé lundi après midi lors d'une conférence de presse. Sa signature était primordiale. Elle va permettre la cession de l'entreprise. Le plan de reprise prévoit 1 178 suppressions d'emplois sur 3 500 mais la société de vente à distance va subsister.

"C'est la raison qui nous fait parler. On ne pouvait pas accepter de voir La Redoute disparaître" a confié Jean-Claude Blanquart, délégué syndical central de la CFDT. Cet accord in extremis s'est noué dans une ambiance plus que houleuse.

Les deux repreneurs de la Redoute, Nathalie Balla et Eric Courteille, avaient lancé un ultimatum la semaine derniere. Face au refus de trois des quatre syndicats de signer l'accord sur le plan social, ils avaient saisi le tribunal de commerce, ce qui laisser entrevoir un dépôt de bilan.

La Redoute est dans une situation financière critique. Elle perd de l'argent : plus de 50 millions l'an passé. Ces pertes étaient couvertes par le groupe Kéring, sa maison mère, jusqu'à présent. Le groupe qui menaçait de fermer le robinet si les syndicats ne signaient pas le plan social. 

"On ne peut pas rayer d'un coup de crayon la Redoute"