Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La CGT appelle électriciens et gaziers à la grève et prévoit des coupures d'électricité et des baisses de production

mercredi 18 avril 2018 à 7:38 - Mis à jour le mercredi 18 avril 2018 à 11:24 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

La CGT Mines-énergie appelle les électriciens et gaziers à rejoindre la grève des cheminots ce mercredi, et jusqu'à fin juin. Le syndicat réclame un "nouveau service public de l'électricité et du gaz". Il prévoit des coupures ciblées d'électricité dans certaines entreprises et des baisses de charge.

Les grévistes pourraient baisser la production de certaines centrales.
Les grévistes pourraient baisser la production de certaines centrales. © AFP - LOIC VENANCE

La CGT Mines-énergie appelle ce mercredi les électriciens et les gaziers à rejoindre le mouvement des cheminots. A partir de ce mercredi et jusqu'au 28 juin, le syndicat lance son propre mouvement de grève pour "l'organisation d'un nouveau service public de l'électricité et du gaz". 

Les entreprises qui licencient visées 

Le syndicat, qui a lancé début avril un mouvement qui coïncide avec la grève intermittente à la SNCF, prévoit d'autres actions. Sébastien Menesplier, secrétaire général de la CGT Mines-énergies, interrogé sur franceinfo, explique que "ça peut être des baisses de production d'énergie, ça peut être des coupures ciblées vers des entreprises qui licencient ou qui criminalisent l'action syndicale, par exemple Carrefour, qui aujourd'hui n'entend pas du tout les revendications des salariés".

Baisses de charges et basculement des heures pleines en heures creuses 

La CGT-Mines prévoit également "des baisses de charges dans les centrales de production d’électricité", "des basculements d’heures pleines en heures creuses dans les principales grandes villes" ou "le rétablissement du gaz ou de l’électricité des familles victimes de coupures pour impayés", a encore dit Sébastien Menesplier au Parisien. "On considère aujourd'hui que ce n'est plus possible d'avoir autant de précaires énergie en France. 12 millions, c'est trop. L'énergie c'est pas une marchandise, c'est un bien vital donc tout le monde devrait avoir accès à l'énergie comme à l'eau ou à la santé", a ajouté le syndicaliste sur franceinfo.