Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric : blocage total du site des turbines de Belfort, grève à Bourogne

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu, France Bleu Besançon

Action coup de poing ce mardi des syndicats de General Electric. Alors que le processus de négociation sur le plan social arrive bientôt à son terme, des salariés ont décidé de bloquer un atelier de turbines à gaz, avant de bloquer l'intégralité du site dans la soirée.

Une centaine de salariés sont mobilisés selon la CGT
Une centaine de salariés sont mobilisés selon la CGT - .

Belfort, France

Les salariés bloquent depuis ce mardi le site de General Electric à Belfort : ils ont commencé le matin par le blocage d'un atelier de turbines à gaz, avant finalement de bloquer totalement le site des turbines dans la soirée. Une action à l'initiative de la CGT, soutenue par l'intersyndicale. Les salariés dénoncent toujours le plan de suppressions de postes proposé par la direction, plan réduit à 650 emplois, à condition que les salariés renoncent à certains acquis sociaux. 

Revivez le fil de la journée

  • Mardi soir, les grévistes ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Dès 18h ils ont bloqué l'entrée principale du site des turbines, avenue de la découverte à Belfort. Une quarantaine de salariés étaient mobilisés, puis l'équipe de nuit devait les relayer pendant la soirée, selon la CGT. Ils comptaient bloquer toute entrée et sortie du site aux non-grévistes. Le blocage devrait continuer mercredi matin, avec un relais de l'équipe de jour, au moins jusqu'à la réunion prévue avec la direction à 10h.
  • Le blocage continue ce mardi après midi sur le site de Belfort mais également à Bourogne, où plus d'une cinquantaine de salariés font le piquet de grève à l'entrée. 
Les salariés bloquent l'entrée du site de Bourogne ce mardi après-midi. - Aucun(e)
Les salariés bloquent l'entrée du site de Bourogne ce mardi après-midi. - CGT
  • L’intersyndicale à Belfort a remis une nouvelle contre-proposition à la direction. Cette dernière devrait se prononcer lors d'une réunion officielle à 10h mercredi matin. Parmi les contre-propositions, l'intersyndicale avance la suppression de 300 postes, début 2020, sous forme de départs volontaires et plan seniors.
  • Une centaine de salariés ont commencé à bloquer vers 7h30 la turbine géante 9HA.02 au bâtiment 38, la plus grosse fabriquée sur le site, afin d'empêcher sa sortie des ateliers de production. Ils ont ensuite été jusqu’à 250 présents au pied des machines, selon la CGT. Une prise de parole en présence de l'intersyndicale a eu lieu. 
  • Une action symbolique : "Si on veut continuer de faire (cette action), il faut nous donner les moyens, explique Cyril Caritey, délégué CGT. C'est à dire, pas de suppression de postes, du moins pas les 600 comme prévu, et encore moins un plan de compétitivité, parce qu'on est déjà compétitifs. On veut un diagnostic et que soient mises en place des propositions dans le cadre du projet alternatif."

La CGT veut "durcir le mouvement"

Même si tous les syndicats se disent solidaires de cette action, c'est surtout la CGT qui a décidé de durcir le mouvement. La CGT s'est d'ailleurs désolidarisée de Sud et de la CFE CGC qui eux ont porté plainte contre l'Etat ce lundi : ils l'accusent de n'avoir pas su faire respecter ses engagements à GE après le rachat de la branche énergie d'Alstom en 2014. Pour les représentants de la CGT, le processus judiciaire est trop long, et il faut "créer le rapport de force".

La CGT envisage de mener des actions jusqu'au 21 octobre, date de la fin du processus de consultation dans le cadre du plan social. Le blocage pourrait se poursuivre toute la journée de mardi au minimum : "Tout le monde va se mettre en mouvement. Si ça doit durer jusqu'au 21, ça durera," annonce Fabrice Chirat, délégué CGT. 

A gauche : Fabrice Chirat. A droite : Cyril Caritey. Tous deux sont délégués CGT au site GE de Belfort.  - Radio France
A gauche : Fabrice Chirat. A droite : Cyril Caritey. Tous deux sont délégués CGT au site GE de Belfort. © Radio France - Mélanie Juvé
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu