Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La charcuterie française arrive en Chine

lundi 2 mars 2015 à 18:00 Par Marina Cabiten, France Bleu

Depuis ce dimanche, trois fabricants français de charcuterie sont autorisés à exporter leurs produits en Chine, un gigantesque marché potentiel avec plus d'un milliard d'habitants.

La charcuterie française parviendra-t-elle à conquérir le palais des Chinois ? Illustration
La charcuterie française parviendra-t-elle à conquérir le palais des Chinois ? Illustration © MaxPPP

C'est l'aboutissement de plusieurs années de tractations et surtout d'une patience mise à rude épreuve, pour les fabricants français de charcuterie : depuis ce dimanche, trois d'entre eux ont le droit d'exporter leurs spécialités en Chine. Sept autres entreprises recevront le même sésame dans les mois qui viennent. 

Un marché difficile à conquérir

Ces trois premiers producteurs à mettre un pied en Chine sont Brocéliande qui fait du jambon cuit en Bretagne, Haraguy (groupe Delpeyrat) et son jambon de Bayonne et le saucisson sec de Salaisons du Rouergue du sud-ouest (groupe Sacor). S'ils ont la chance d'être les premiers Français à arriver sur ce marché, cela représente un énorme défi de conquérir le palais des Chinois. La charcuterie est inexistante dans leur culture gastronomique actuelle, et si le porc est la viande la plus consommée dans ce pays, il y a de fortes réticences envers la viande crue.  

Déjà de la concurrence

L'Italie et surtout l'Espagne ont déjà depuis des années commencé à importer leurs charcuteries en Chine, et ont donc de l'avance sur le marché. La France va donc devoir se démarquer. Selon Daxue, un cabinet de conseil, cela passera par une forte présence dans des évènements comme les salons, les dégustations données à la presse et au public, et par des sites d'informations en chinois pour faire entrer ses spécialités dans les usages