Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La charcuterie Thiol à Mayenne est en sursis : une procédure de retrait de son agrément sanitaire est engagée

mercredi 25 avril 2018 à 13:02 Par Charlotte Coutard et Gildas Menguy, France Bleu Mayenne

La préfecture de la Mayenne vient de lancer une procédure de retrait de l'agrément sanitaire de la charcuterie Thiol à Mayenne. Après sa condamnation pour fraude, le chef d'entreprise Georges Thiol avait trois mois pour se mettre en conformité, ce qui n'a pas été fait.

Les locaux de la charcuterie Thiol à Mayenne - Capture Google
Les locaux de la charcuterie Thiol à Mayenne - Capture Google © Radio France

Mayenne, France

La préfecture de la Mayenne vient d'engager une procédure de retrait de l’agrément sanitaire de la charcuterie Thiol à Mayenne, pour des dysfonctionnements répétés dans les procédures de traçabilité et de fonctionnement

Le chef d'entreprise condamné pour fraude et tromperie

L'agrément de la charcuterie a été suspendu le 19 janvier dernier par le préfet de la Mayenne, après la condamnation du chef d’entreprise, George Thiol, 84 ans, pour fraude et tromperie sur la marchandise

De la graisse de poule dans le foie gras, de la dinde et de la cervelle de porc dans les rillettes d’oie, de la truffe de chine au lieu de la truffe Française, c’est un véritable système de fraude qui avait été mis en place sciemment et de façon massive pendant plusieurs années par ce chef d´entreprise. 90% des produits n’étaient pas conformes à la législation, d’après une cadre de l’entreprise.

Trois mois pour se mettre en conformité

Le dirigeant de l’entreprise disposait d’un délai de trois mois pour mettre en conformité le dossier d’agrément sanitaire, mais aucune démarche n'a été faite. Les services de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Population de la Mayenne n’ont pas reçu les éléments de réponse attendus. Pourtant, le 9 mars dernier, lors d'une entrevue avec la directrice adjointe de la DDCSPP, Georges Thiol et son avocat avaient pris des engagements. Une procédure de retrait de l'agrément a donc été engagée.

L'entreprise a désormais sept jours pour se mettre en conformité, c'est à dire jusqu'au 2 mai. Elle emploie 110 salariés.

"Les salariés ne sont responsables en rien de cette situation".

Le préfet de la Mayenne, Frédéric Veaux, dit _"_regretter et dénoncer l’attitude de Georges Thiol qui n’a pas pris les décisions utiles et mis en oeuvre les moyens nécessaires pour assurer l’avenir de l’entreprise et la protection des salariés". Le préfet comprend "l’inquiétude des salariés qui ont très largement contribué à la réputation de cette entreprise mayennaise et qui ne sont responsables en rien de cette situation". 

75 salariés payés à ne rien faire

La production est totalement arrêtée depuis le 19 janvier. Du coup, 75 salariés sont sans travail. Ils touchent leur salaires et viennent quotidiennement à l'usine mais n'ont rien à faire. Selon nos informations, un Comité d'entreprise doit se tenir ce jeudi après-midi. Les élus ont prévu de lancer une procédure de droit d'alerte (lorsque la situation économique ou sociale de l'entreprise apparaît préoccupante).

Si le retrait de l’agrément devait être prononcé à l’issue de ce dernier délai, un nouveau dossier pourrait toujours être déposé auprès des services compétents. Il devrait alors faire l’objet d’une instruction complète préalable à tout redémarrage de l’activité.