Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DOSSIER : Des paysages, des producteurs, des produits, les circuits courts c’est ici !

La chevrette de Blandine, une histoire de famille

-
Par , France Bleu Drôme-Ardèche

A Montmiral, au nord de la Drôme, les collines verdoyantes abritent cette exploitation à taille humaine. Depuis trois générations la famille Gilibert pratique l’élevage face au massif du Vercors. 160 chèvres profitent de cet environnement privilégié pour donner un lait riche.

A l’origine de cette aventure, un changement d’orientation : « On avait une petite exploitation et on avait toutes les mises aux normes à faire pour les vaches. Nous avons décidé d'arrêter la production laitière bovine pour partir vers les chèvres. Puis, on s'est décidé à transformer pour valoriser notre petite exploitation. » raconte Pascal Gilibert Aujourd’hui, l’exploitation compte 160 chèvres saanens.

« Nous avons commencé à transformer le lait en janvier 2006. Rapidement, nous avons voulu donner un nom à notre fromagerie. Étant enfant, Blandine, ma sœur avait sa chèvre, d'où le nom de Chevrette de Blandine. » explique Benoît. Formée à la biochimie, Isabelle, sa mère, s’est naturellement emparée de la transformation. « Transformer le lait, c'est assez compliqué. C'est à la fois de la chimie et à la fois de la biologie. C'était un produit qui était intéressant à travailler et j’ai pu concrétiser mes envies tout en restant sur la ferme. » Pour Benoît, le choix était évident : « Depuis tout petit déjà, c'était presque une vocation et donc j'ai fait des études agricoles. Et en 2017, je suis arrivé sur l’exploitation. » 

La famille Gilibert affirme que l’échange avec le consommateur final est primordial. « Les gens sont vraiment avec nous, en symbiose. Quand nous sommes récompensés par des prix, ils sont contents pour nous. Quand nous faisons des essais, nous leur faisons goûter tout ça. » concluent-t-ils enthousiastes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess