Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Chine lève l'embargo sur la viande bovine française

lundi 25 juin 2018 à 15:11 - Mis à jour le lundi 25 juin 2018 à 15:14 Par Thibaut Lehut, France Bleu

La viande bovine française va de nouveau pouvoir être commercialisée en Chine. Le pays a en effet annoncé qu'il allait lever l'embargo en vigueur depuis 2001, suite à la crise de la vache folle.

La viande bovine française était soumise à embargo depuis 17 ans.
La viande bovine française était soumise à embargo depuis 17 ans. © AFP - Philippe Roy / Aurimages

Interdite en Chine depuis 2001, la viande bovine française va pouvoir être commercialisée de nouveau. L'embargo va en effet être levé, suite à un accord conclu ce lundi dans le cadre de la visite du Premier ministre Édouard Philippe.

Cet accord, qui met fin à 17 ans d'embargo lié à la crise de la vache folle, concrétise un engagement obtenu par Emmanuel Macron lors de sa visite en Chine en janvier. Lointain stigmate de la crise sanitaire, cet embargo est désormais caduc selon le protocole d'accord signé lundi par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en présence d'Édouard Philippe et son homologue chinois Li Keqiang.

"Une très grande nouvelle" pour la filière

Cet accord est complété par un protocole pour l'exportation de semence bovine française, des agréments pour deux abattoirs porcins (Bigard et Tradival) et deux établissements de lait infantile (Baby Drink et Candia). Le président de la filière (Interbev) Dominique Langlois a salué "une très, très grande nouvelle". "On a déjà des contacts avec des acheteurs chinois en attente", a-t-il ajouté, en visant un objectif de "30.000 tonnes" par an, qui "serait déjà formidable".

Une visite prolifique

Dans la même veine, et alors que Matignon se voulait très prudent sur la question avant de s'envoler pour la Chine, le Premier ministre chinois a donné des nouvelles encourageantes de la méga-commande Airbus (184 avions A320) arrachée in extremis en janvier par Emmanuel Macron mais dont l'officialisation se fait attendre.

Le groupe nucléaire français Orano (ex-Areva) et le géant étatique chinois de l'atome civil China National Nuclear Corporation (CNNC) ont en outre annoncé avoir conclu "un accord sur les travaux préparatoires" pour une usine géante de traitement et recyclage des combustibles usés en Chine, d'une capacité de 800 tonnes.

Au total, 18 accords ont été conclus lundi, dans les secteurs scientifique, médical, du tourisme ou encore de l'énergie.