Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Chocolaterie de Bourgogne sera-t-elle reprise ? Le délai de dépôt des offres a expiré

lundi 27 novembre 2017 à 18:52 - Mis à jour le lundi 27 novembre 2017 à 18:54 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Les jeux sont-ils faits pour la Chocolaterie de Bourgogne ? L'entreprise dijonnaise est en redressement judiciaire depuis le 31 octobre, et les repreneurs potentiels avaient jusqu'à ce lundi soir pour se faire connaître.

Le 14 novembre, la CGT avait appelé le personnel de la chocolaterie à un débrayage.
Le 14 novembre, la CGT avait appelé le personnel de la chocolaterie à un débrayage. © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Rien n'a filtré jusqu'ici sur le nombre et la nature des offres. On sait, c'est ce que nous avait dit la directrice du site, Céline Boidevezi, que des repreneurs potentiels sont venus visiter les lieux. Mais ils n'ont pas forcément formulé une offre, et les visiteurs pouvaient n'être intéressés que par une partie des activités de l'usine, qui emploie 185 personnes.

Les syndicats souhaitent que l'entreprise soit confiée à un industriel, selon eux plus capable qu'un fonds d'investissement, de comprendre et gérer au mieux la production et les marchés. Ils en sauront plus le lundi 4 décembre, date de la prochaine audience du tribunal de commerce de Dijon.

Si aucune reprise n'est envisageable en l'état, une prolongation de la période de redressement judiciaire pourrait être demandée. Le délai initial d'un mois pouvait paraître bien court, mais par le passé l'entreprise avait déjà trouvé un repreneur dans de brefs délais.