Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Cité du Gaz retrouve une seconde jeunesse à Quimper

mardi 30 octobre 2018 à 18:35 Par Thomas Biet, France Bleu Breizh Izel

Une vingtaine d'anciens habitants sont venus assister à l'inauguration des 14 pavillons de l'ancienne Cité du Gaz dans le quartier du Cap-Horn. Des maisons rénovées après être tombés à l'abandon dans les années 90. Elles avaient été construites dans les années 30.

Une vingtaine d'anciens habitants se sont réunis autour du maire Ludovic Jolivet et d'un guide-conférencier
Une vingtaine d'anciens habitants se sont réunis autour du maire Ludovic Jolivet et d'un guide-conférencier © Radio France - Thomas Biet

Quimper, France

Un moment d'émotion ce mardi soir pour une vingtaine d'anciens ou actuels Quimpérois. Ils ont assisté, en présence du maire Judovic Jolivet, à l'inauguration des 14 pavillons de la Cité du Gaz dans le quartier du Cap-Horn.  

Des logements construits dans les années 30 qui ont accueilli les ouvriers (et leurs familles) travaillant à l'usine de gaz voisine. Ce qui permettait aux ouvriers d'astreinte d'intervenir rapidement.

C'est tout un pan du patrimoine ouvrier qu'il faut préserver

Une renaissance qui réjouit les anciens habitants. Marie-Andrée est née dans une de ces maisons il y 74 ans : "J'ai vécu là jusqu'à mes 13 ans quand l'usine était encore en activité. Il y a une grosse pointe de nostalgie. C'est tout un pan du patrimoine ouvrier qu'il ne faut pas laisser partir et c'est très bien, ça revit ! On venait souvent avec une amie d'enfance faire un petit tour ici, il y avait un parc, c'était super".

Des conditions de vie très agréables pour ces enfants d'ouvriers 

Marie-Andrée évoque "une enfance protégée" par des conditions de vie agréables. Sentiment partagé par ces deux anciennes habitantes : "Quand on est arrivé dans ce logement, c'était un château pour l'époque, il y avait le chauffage central, vous vous rendez compte !" Un ancien habitant qui confie avoir fait les quatre cents coups en témoigne : "Il y avait des enfants partout à l'époque, juste après la guerre, on était près du centre-ville mais à la campagne, il y avait le port, le stade de foot, pour nous, c'était vraiment bien".

La cité était tombée en ruines dans les années 90, certains logements avaient même été transformés en squat. Elle vient d'être réhabilitée par l'OPAC (14 logements sociaux, des T3 et T4) pour un coût d'un peu plus de 3 millions d'euros.