Infos

La colère des chauffeurs de taxis : ils sont 350 mobilisés à Bordeaux

Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde mardi 26 janvier 2016 à 12:30

Les rues autour de la cité administrative bloquées par les taxis
Les rues autour de la cité administrative bloquées par les taxis © Radio France - Rebecca Gil

350 taxis venus de toute la grande région ont convergé ce mardi matin vers la cité administrative près des boulevards, à Bordeaux. Ils manifestent contre la concurrence "déloyale" des VTC. Le cortège a ensuite menéune opération escargot jusqu'en Préfecture.

Les chauffeurs de taxis sont en colère, et ils le font savoir : 350 véhicules, venus de toute l'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, ont convergé ce mardi matin vers Bordeaux. Ils se sont rassemblés dès 7h du matin devant la cité administrative, près des boulevards, où ils bloquent 2 rues à proximité.

Ils ont ensuite organisé  une opération-escargot, et ont roulé  en cortège en début d'après midi,  jusqu'en préfecture dans le quartier Mériadeck, où une délégation devait être reçue.

Les forces de l'ordre encadrent le cortège  - Radio France
Les forces de l'ordre encadrent le cortège © Radio France - Rebecca Gil

Les taxis protestent à nouveau contre la concurrence des VTC, les Véhicules de Tourisme avec Chauffeurs, qu'ils jugent déloyale.

Sur Bordeaux, nous avons 200 à 300 véhicules clandestins, qui circulent sans aucune autorisation et qui nous prennent notre travail. Hier matin, en gare St Jean, il y en avait encore qui faisait de la maraude. Les autorités doivent intervenir plus énergiquement pour faire respecter la législation.

— Nadège Roy, présidente  du syndicat des artisans taxis de la Gironde

"Ils nous prennent notre travail en toute illégalité" Nadège Roy

La manifestation se déroule dans le calme à Bordeaux,  contrairement à  Paris, où la colère des chauffeurs de taxis s'est manifestée sur le périphérique avec des blocages et des pneus brûlés. Un manifestant a été blessé à l'aéroport d'Orly renversé par le  chauffeur d'une navette  alors qu'il forçait un barrage. Les forces de l'ordre ont procédé à une vingtaine d'interpellations.

A LIRE AUSSI

Taxis, avions, écoles : de nombreuses perturbations prévues pour la première journée de grève de l'année ce mardi

Partager sur :