Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

La concurrence déloyale dénoncée par la Fédération du BTP des Alpes-Maritimes

-
Par , France Bleu Azur

La Fédération du BTP 06 pousse un coup de gueule en ce début d'année contre les prix anormalement bas pratiqués par certaines entreprises sur le territoire des Alpes-Maritimes. Elle demande à l'État d'intervenir pour mettre fin à une concurrence jugée complètement déloyale.

Construction de bâtiment à Nice (illustration)
Construction de bâtiment à Nice (illustration) © Maxppp - Franz Chavaroche

La Fédération du BTP 06 joue à "Jean qui rit, Jean qui pleure". D'un côté, le syndicat a en effet le sourire et annonce une "bonne tenue" pour l'année 2019 dans les secteurs de la construction de logements neufs (7.327 logements construits dans le département) ou de l'emploi (23.000 salariés azuréens et 2.500 intérimaires). Il se félicite aussi des taux d'intérêt bas, d'une fiscalité toujours attractive, d'une croissance dans la construction du non-résidentiel et d'un marché de l'entretien et de la rénovation stable. Mais la Fédé a également le blues et pousse un vrai "coup de gueule" contre ce qu'elle appelle les prix trop bas.

Une concurrence déloyale

Elle dénonce en effet une "concurrence déloyale d'entreprises françaises et étrangères peu scrupuleuses". Une sorte de dumping du BTP qui touche aussi bien le marché des particuliers que celui des collectivités. 

"Je tiens des comptes, explique Lionel Dolciani, secrétaire de la Fédération et président de la section métallerie-miroiterie. Et j'ai au moins relevé une vingtaine d'appels d'offres de collectivités qui ont été remportés par les entreprises qui ont proposé des prix allant jusqu'à 50% moins cher. Comment est-ce possible ?" Pierre Mario, le vice-président de la Fédération renchérit : "Quand vous savez que nos marges sont autour de 1 à 1,5%, comment fait-on pour vivre une entreprise qui pratique des devis ou des prix à 10, 20, 30% moins cher. Il faut m'expliquer !

Fraudes sociales ou normes non respectées

Les hypothèses sont alors avancées par les responsables du syndicat qui parlent de triche sur les prix, de salariés non déclarés, de fraude aux organismes sociaux ou des déchets de chantiers qui sont jetés dans les vallons pour ne pas payer les taxes. "Mais il y a plus grave, explique Laure Carladous, la présidente. Pour obtenir des prix très bas vous pouvez aussi rogner sur la qualité des matériaux employés, sur la quantité de béton que vous coulez ou sur les normes anti-sismiques que vous ne respectez pas et ça c'est grave car cela peut entraîner des catastrophe". La fédération du BTP alerte donc le préfet et demande des contrôles plus nombreux et surtout "aux bonnes heures et au bon moment", glisse un responsable de la Fédé passablement énervé par cette inaction de l'Etat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess