Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Corse juge insuffisantes les mesures en faveur de l’hôpital

-
Par , , France Bleu RCFM

10 milliards injectés pour absorber 1/3 de la dette des hôpitaux publics, des primes annuelles de 300€ pour les personnels hospitaliers. Ce sont deux des points avancés pour sortir de la crise de l’hôpital public. Mais les mesures sont jugées insuffisantes par les organisations syndicales.

Edouard Philippe et Agnès Buzyn présentent les mesures d'urgence pour l'hôpital
Edouard Philippe et Agnès Buzyn présentent les mesures d'urgence pour l'hôpital © Maxppp -

Corse, France

Des mesures pour répondre à la crise de l'hôpital public !

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et le Premier ministre, Edouard Philippe, ont présenté, mercredi 20 novembre, plusieurs mesures pour tenter de calmer la colère des professionnels de santé dans les hôpitaux publics.

Deux d’entre elles ont retenu l’attention des organisations syndicales. La première concerne la reprise d’un tiers de la dette des hôpitaux, par le gouvernement, sur 3 ans, soit une enveloppe de 10 milliards pour assurer l'équilibre financier. Un premier volet considéré comme insuffisant par la CGT de l’hôpital d’Ajaccio. « Les annonces du gouvernement, même si elles semblent importantes lorsque l’on regarde le volume d’argent, sont néanmoins insuffisantes par rapport à l’ampleur et aux dégâts causés actuellement au niveau des hôpitaux publics » commente Antoine Paolini. 

Discrimination géographique

Les critiques ne s’arrêtent pas là. Elles sont même plus acerbes quand le Premier ministre et sa ministre de la Santé font valoir une prime annuelle de 300€ pour les personnels hospitaliers, de 800€ pour les mêmes agents travaillant dans la région parisienne. 

« On ne va pas cracher dans la soupe. Les primes sont toujours bonnes à prendre. Sauf que ce que demandent les personnels hospitaliers aujourd’hui, c’est une reconnaissance et une revalorisation des salaires. La France est dans le peloton de queue des pays de l’OCDE en ce qui concerne les rémunérations des personnels hospitaliers. » Antoine Paolini recadre les choses au nom de la CGT. 

Marie-Antoinette Bruni, déléguée CFDT à l’hôpital d’Ajaccio, lui emboîte le pas et dénonce une discrimination géographique : « les problèmes de logement, de cherté de la vie, les problèmes de pouvoir d’achat, sont valables dans de nombreuses régions, comme la Corse par exemple. Et je ne comprends pas pourquoi certaines primes seront attribuées aux personnels de la région parisienne et pas aux autres régions qui sont tout autant en difficulté économique, sociale. C’est choquant » conclut Marie-Antoinette Bruni

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu