Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La course des castelroussins dans les commerces avant le couvre-feu à 18h : "c'est terriblement morose"

-
Par , France Bleu Berry

Le couvre-feu entre 18 heures et 6 heures est entré en vigueur ce samedi soir à Châteauroux, comme partout ailleurs en France. Il sera appliqué jusqu'à la fin du mois de janvier. Les clients des commerces de la rue Victor-Hugo se sont empressés de faire leurs dernier achats.

Les commerces de la rue Victor-Hugo de Châteauroux ont baissé leurs rideaux de fer de bonne heure pour ce premier jour de couvre-feu à 18h.
Les commerces de la rue Victor-Hugo de Châteauroux ont baissé leurs rideaux de fer de bonne heure pour ce premier jour de couvre-feu à 18h. © Radio France - François Chagnaud

"Vous trouvez qu'il y a beaucoup de monde dans la rue ?" Il faut bien dire que Laure a raison. Une bonne demie-heure avant le couvre-feu ce samedi soir, la rue commerçante de Châteauroux était déjà bien déserte. Désormais, il est interdit de sortir de chez soi entre 18 heures et 6 heures

Quelques uns, comme Laure, s'empressent de faire leurs achats de dernière minute avant de filer. "Je trouve que c'est terriblement morose. Après si ça nous permet d'éradiquer la Covid-19, je respecterai sans problème", se résigne-t-elle en sortant d'une boutique de cosmétiques de la rue Victor-Hugo. Mais le coeur n'y est pas. A l'intérieur du magasin, Ingrid se dépêche pour essayer un parfum : "c'est pas des achats agréables ... Il faut que je courre là !"

Sur le trottoir d'en face, Marie-Christelle presse le pas sous la pluie pour rentrer chez elle depuis le bureau de tabac Le Khédive avant l'heure fatidique : "je suis bien obligée, j'habite à dix minutes donc je rentre". Cette dame au pas pressé n'a pas encore vraiment prévu comment elle allait pouvoir faire ses achats quotidiens. "Je travaille jusqu'à 18 heures. Ca va être compliqué", lâche-t-elle. 

Les commerçants dans l'incertitude 

Derrière le comptoir du Khédive, il est trop tôt pour mesurer les conséquences de ce couvre-feu à 18 heures. "Il faut attendre qu'une semaine se passe, et voir comme les gens vont prendre leurs habitudes. Pour eux c'est tout à fait nouveau donc ils vont sans doute s'organiser d'une manière différente et à ce moment on pourra voir ce qu'il en est", explique la patronne, Christine Thomas. 

Certains commerçants semblent déjà avoir adopté leur stratégie avant ce premier bilan, constate-t-elle : "j'ai vu que dans la rue Victor-Hugo, beaucoup ouvrent entre midi et deux, chose qui est judicieuse. Les gens viendront entre midi et deux pour faire leurs petits achats en centre-ville."

Désormais, après 18 heures dans le rues de Châteauroux, il ne reste guère plus que les livreurs à vélo et les voitures de police en patrouille. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess