Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La crèche de La Frenaye ferme définitivement le 31 janvier faute d'argent

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)
La Frenaye, France

Les parents l'ont appris vendredi, la crèche de La Frenaye, près de Lillebonne fermera ses portes au 31 janvier. Non pas par manque d'effectif, les 25 places sont pleines, mais par manque d'argent. Entre la CAF, la mairie et le gestionnaire de la crèche, 76 000€ se sont perdus dans les tuyaux.

La crèche de La Frenaye accueille 25 enfants
La crèche de La Frenaye accueille 25 enfants © Radio France - Amélie Bonté

38 familles se retrouvent sans crèche pour leurs enfants dans un peu plus d'un mois. Au 31 janvier, la crèche de La Frénaye (multi-accueil pour 7 communes)  n'accueillera plus d'enfants. Les parents l'ont appris vendredi dernier. En cause, non pas l'effectif car la crèche est pleine avec ses 25 places occupées, mais un manque d'argent lié à un litige de contrat. 

La Caisse d'allocation Familiales (CAF), ne verse plus les subventions nécessaires à la mairie, qui du coup ne peut plus payer le gestionnaire de la crèche.  

Les parents, désemparés, se mobilisent donc via une pétition en ligne car à cette période de l'année il n'y a aucune place de libre chez les assistantes maternelles et dans les autres crèches.  Ce mercredi soir, une réunion d'information a eu  lieu dans une salle des associations à Lillebonne, la commune voisine.

Des parents qui ont le sentiment d'être pris en otage

ECOUTEZ Le reportage d'Amélie Bonté à La Frenaye

L'ADEF, association gestionnaire de l'établissement manque d'argent et donc a décidé de fermer  plutôt que de risquer le dépôt de bilan. Six personnes devraient être licenciées au lieu des 300 de l'ensemble de la structure. Mais cet argent c'est la mairie qui lui verse, mairie qui reçoit elle même une subvention de la CAF. Or dans tous ces tuyaux il manque 76.000€. Pamela est une maman venue en soutien : 

Je trouve qu'ils se renvoient la balle : la CAF, le maire, on ne sait pas le fond de l'histoire"

Les parents réunis mercredi soir pour écouter les explications de l'ADEF, gestionnaire de la crèche et du maire
Les parents réunis mercredi soir pour écouter les explications de l'ADEF, gestionnaire de la crèche et du maire © Radio France - Amélie Bonté

A la fin de la réunion, Anne une maman de trois enfants dont le dernier fréquente la crèche est  très remontée :

Nous n'avons aucune solution, seulement un mois pour se retourner"

ECOUTEZ Marie Vincent porte-parole des parents

Il manque 76 000€

La mairie doit verser 65.000€ par an à l'ADEF, gestionnaire de la crèche, mais cette année aucun versement et l'an passé seulement 40 000€. Une somme que la mairie ne peut pas assumer sans le versement de la CAF avec qui elle a signé un contrat sur trois ans. 

La caisse d'allocations familiale qui ne compte que 10 enfants inscrits alors qu'ils sont 25. Pourquoi cette erreur ? Et bien parce que la CAF ne retrouve pas un avenant au contrat augmentant le nombre d'enfant. Le maire, Dominique Annetta : 

25 places et la CAF ne nous donne de l'argent que pour 10, on ne peut pas y arriver"

Lors de la réunion de mercredi soir, les parents ont demandé des comptes au maire, qui selon certains n'assume pas ses responsabilités puisque c'est lui qui a signé le contrat avec la CAF. Le maire qui ne s'est pas privé de rappeler qu'avec la baisse des dotations de l'Etat ce n'était qu'un début. 

Le maire et le gestionnaire de la crèche ont rendez-vous avec la CAF jeudi prochain. La CAF qui devait être présent à la réunion de mercredi soir mais a finalement annulé. Les parents eux, se disent prêt à amener les 25 enfants dans le bureau du directeur de la CAF le 1er février si aucune solution n'est trouvée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess