Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La crise du coronavirus a coûté près de 5 millions d'euros à la ville de Saint-Denis

-
Par , France Bleu Paris
Saint-Denis, France

La crise du coronavirus pèse sur les finances des communes. A Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le coût est estimé pour le moment à 5 millions d'euros. "Le plus dur est à venir", alerte le maire Laurent Russier.

Le maire PCF de Saint-Denis, Laurent Russier.
Le maire PCF de Saint-Denis, Laurent Russier. © Radio France - Hajera Mohammad

Cinq millions d'euros sur un budget de 180 millions. Voilà le coût estimé du confinement pour le moment dans la commune de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Le maire PCF Laurent Russier a fait les comptes : "650.000 euros pour les masques commandés, 380.000 euros pour les produits d'hygiène et le nettoyage, 300.000 euros pour les primes des fonctionnaires mobilisés... Avec des recettes en moins, ces montants sont loin d'être négligeables".

3 millions d'euros pour les plus démunis

La commune a également engagé des dépenses pour venir en aide aux plus démunis. "Cela représente près de 3 millions d'euros notamment de chèques alimentaires pour l'ensemble des familles dont les enfants mangent à la cantine", précise le maire.

"Le plus dur est à venir", s'inquiète Laurent Russier. "La crise alimentaire va perdurer, les stocks de la banque alimentaires sont en baisse et la bombe à retardement c'est la crise du logement. On va avoir besoin que l'Etat se mobilise sinon on va au devant d'une catastrophe sociale." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu