Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La crise est consommée à la Ligue du Centre de Football

jeudi 1 novembre 2018 à 18:44 Par Anne Oger, France Bleu Orléans, France Bleu Berry et France Bleu Touraine

France Bleu avait révélé des accusations de harcèlement sur des salariés de la Ligue du Centre de football, et un lourd déficit. La crise a éclaté au grand jour mercredi soir, le président et le comité directeur ont dû démissionner, les clubs ont refusé de voter les comptes

Au siège de la Ligue du Centre de football à Orléans
Au siège de la Ligue du Centre de football à Orléans © Radio France - Anne Oger

Parçay-Meslay, France

Elle couvait depuis plusieurs mois, autour du déficit et d'accusations de harcèlement sur des salariés : la crise est désormais ouverte et consommée à la Ligue du Centre de Football. Réunis mercredi soir en assemblée générale à Parçay Meslay près de Tours, les dirigeants de club ont refusé à une écrasante majorité d'approuver les comptes de la Ligue pour le dernier exercice. Des comptes qui affichent un déficit de plus de 540 000 euros. Dans la foulée, ils ont obtenu la démission du président, Jacky Fortépaule, arrivé l'an dernier, ainsi que de tout le comité directeur et notamment les présidents des six districts départementaux de la région. Il va falloir organiser de nouvelles élections, sans doute en janvier prochain. 

Une avance demandée à la Fédération pour boucler la saison passée

Il faut savoir que, pour tenter de minimiser un déficit qui se creuse, la Ligue du Centre a dû hypothéquer son siège d'Orléans, situé dans le quartier de la Source, et qu'elle a proposé d'en faire ré-éstimer la valeur, ce qui visiblement n'a convaincu personne. Elle a aussi demandé une avance à la Fédération Française de Football, pour boucler les comptes de la saison passée, une avance prise sur la saison en cours, et là encore le jeu est dangereux, c'est en tout cas ce qu'ont estimé les dirigeants de club présents mercredi soir à l'assemblée générale. Dans ce contexte déjà difficile, apprendre qu'il fallait mettre de côté 230 000 euros en cas de condamnation aux prud'hommes dans une affaire de harcèlement qui vise le président, c'était trop. 

J'ai dit aux présidents de district qu'ils étaient des incompétents, je leur en veux beaucoup

C'est notamment François Jacob, le président du Blois Football qui, au milieu d'une assemblée pour le moins houleuse, a pris la parole au nom des dirigeants de club : "j'ai dit qu'on ne pouvait pas continuer à aller dans le mur de cette façon, que les présidents de district et ce comité directeur sont des incompétents. Je leur en veux beaucoup, je les connais bien, mais on ne peut pas se payer la masse salariale qu'on a aujourd'hui". François Jacob ne mâche pas ses mots et assume d'avoir "mis les pieds dans le plat". "Moi je dis qu'à ce niveau-là c'est du laxisme, de l'irresponsabilité. Et qu'il y a des gens dans cette Ligue qui sont payés comme des ministres, ça n'est pas possible"

Les mots sont très durs, mais François Jacob assume et se dit "heureux d'avoir mis fin à tout ça". En revanche, pas question pour lui de parler d'autre chose que du déficit actuel de la Ligue. Sur l'affaire en cours, les accusations de harcèlement portées contre le président démissionnaire, Jacky Fortépaule, pas un mot : "je ne connais rien du dossier, je ne ferai aucun commentaire. Ce qui est sûr en revanche, c'est que cela abîme l'image de la Ligue et qu'on ne peut pas, tant que ça n'est pas réglé, convaincre des partenaires publics ou privés de venir nous soutenir"

Les accusations de harcèlement évoquées en assemblée générale

Des accusations que le président Jacky Fortépaule n'a pas pu éluder, mercredi soir, devant les dirigeants de club. Car il y aura vraisemblablement un procès devant le conseil des prud'hommes, comme France Bleu le révélait dernièrement. Six salariés l'accusent de harcèlement, moral et sexuel. Des accusations qu'il rejette : "j'ai expliqué à l'assemblée générale le contexte de cette plainte, c'est une plaisanterie, c'est tout ! Ca fait 53 ans que je m'engage dans le football amateur, je n'ai jamais eu de problème. Je suis grand-père, non le harcèlement sexuel, je m'en défends..." 

La Ligue du Centre est devenue ingouvernable, je suis soulagé de partir

Sur ce déficit de 544 468 euros affiché dans le dernier exercice de la Ligue du Centre de Football, Jacky Fortépaule explique que son équipe a hérité, déjà, de difficultés financières "structurelles" et que s'il veut bien assumer sa part de responsabilité il n'est pas question pour lui de les prendre toutes. "Il y a des histoires anciennes. Ce qui est sûr, en revanche, c'est que cette Ligue était devenue ingouvernable, je l'avais dit dès mon arrivée, je suis donc soulagé de partir"