Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La crise financière chinoise en trois questions

mardi 25 août 2015 à 7:35 - Mis à jour le mardi 25 août 2015 à 10:06 Par Marina Cabiten, France Bleu

Les grandes places boursières asiatiques, en particulier Shanghai, ont continué de dégringoler mardi, au lendemain d'une journée noire, tandis que l'Europe rebondissait. Quelle est l'origine de cette crise et ses possibles conséquences ?

La Bourse chinoise a dévissé lundi 24 août - illustration
La Bourse chinoise a dévissé lundi 24 août - illustration © MaxPPP

La Bourse de Paris a cédé à la panique générale lundi dans le sillage des marchés asiatiques, perdant plus de 8% en séance avant de se reprendre en fin de journée pour clôturer en baisse de 5,35%. Mardi, il a ouvert en hausse de 1,89% à l'image des autres Bourses européennes qui ont repris quelques couleurs. Retour sur cette crise en trois questions. 

D'où vient cette crise boursière ?

Au commencement, il y a la volonté de Pékin de doper ses exportations, car son activité est en phase de ralentissement et notamment la consommation des ménages. Pour cela, le pays a procédé à trois dévaluations surprise de sa monnaie (le yuan) . Ce sont ces baisses successives de la valeur du yuan qui ont déclenché la crainte des investisseurs, d'abord à la mi-août avant une pause puis le dévissage de ce lundi. Les Bourses chinoises ont plongé les premières, et entraîné derrière elles les Bourses européennes et américaines. 

Mais ces chutes lundi sont aussi l'éclatement d'une bulle financière, signe d'un décalage des marchés avec l'économie réelle.

Pourquoi la France est-elle concernée ? 

Lorsque la deuxième économie mondiale est en crise, le monde entier est concerné. Même si François Hollande a estimé lundi que l'économie mondiale est "suffisamment solide" pour que sa croissance ne soit pas "seulement liée à la situation en Chine", tous les pays qui espèrent une reprise de leur croissance ont besoin de l'activité chinoise d'une part, de la confiance des investisseurs d'autre part. Ces deux facteurs sont aujourd'hui malmenés.

Quelles conséquences concrètes ? 

À court terme, il y en a très peu pour ceux qui n'ont pas de portefeuilles d'actions. Ce sont d'abord les grandes entreprises industrielles françaises qui sont touchées par cette panique financière. Les valeurs de Renault et PSA ont chacune plongé de plus de 4% lundi , ce qui est fort mais pas dramatique.

Si cette crise dure plus de quelques jours en revanche, cela pourrait entraîner une morosité des acteurs économiques allant à l'encontre des espoirs de reprise : si les entreprises et les ménages ont peur de l'avenir, ils seront moins susceptibles d'investir et de consommer. 

Le prix des matières premières pourrait nettement baisser suite à cette crise boursière, et notamment celui du pétrole déjà très bas.

La chute des bourses mondiales le lundi 24 août - Aucun(e)
La chute des bourses mondiales le lundi 24 août