Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La croissance française nulle au deuxième trimestre, le gouvernement revoit à la baisse ses prévisions pour 2014

jeudi 14 août 2014 à 8:54 France Bleu

Le PIB de la France a stagné, au deuxième trimestre de cette année, a annoncée ce jeudi l'Insee. La raison : les entreprises ont moins investi, et la France a enregistré une balance commerciale déficitaire. Le ministre de l'Economie Michel Sapin a revu à 0,5% la croissance prévue pour l'ensemble de l'année.

Le ministère de l'Economie et des Finances, à Bercy
Le ministère de l'Economie et des Finances, à Bercy © MaxPPP

Mauvais signe pour la reprise de l'économie française : au deuxième trimestre de cette année, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) a été nulle , a annoncé l'Institut national de la statistique (Insee) ce jeudi. Presque tous les indicateurs de la croissance ont stagné voire baissé, explique l'Insee.

Moins d'investissements, une consommation à plat

Car le PIB repose sur plusieurs facteurs : les investissements des entreprises , d'une part. Or, ceux-ci continuent de reculer : après une baisse de 0,7% au premier trimestre, ils diminuent encore de 0,8%. D'autre part, la balance extérieure apporte elle aussi une contribution négative au PIB de -0,1%. Cela signifie, en clair, que la France a plus importé qu'elle n'a exporté

Reste la dépense publique (+0,5%) qui a soutenu l'activité, ainsi que la consommation des ménages, elle aussi en hausse de 0,5% par rapport au trimestre précédent. Mais cette hausse de la consommation n'est due essentiellement, en réalité, qu'à un rebond de la consommation en énergie , qui remonte de 3,5% après avoir baissé de 3,9% au premier trimestre. Ce qui s'explique simplement par le fait qu'après un hiver très doux les Français ont eu un retour à la normale de leur consommaton d'énergie. Mais les dépenses des Français pour les "biens fabriqués", elles, n'ont quasiment pas bougé (+0,1%).

Une prévision de croissance abaissée à 0,5% pour 2014

Résultat : à ce stade de l'année, "l'acquis de croissance" de la France ne s'élève qu'à 0,3%. Cela signifie que si le PIB continue de stagner jusqu'à la fin de l'année, la croissance ne sera que de 0,3% pour tout 2014 . Seulement, le gouvernement espérait pour 2014 une croissance de 1%.

Face à ces nouveaux chiffres, le ministre de l'Economie Michel Sapin a affirmé prendre acte de cette "panne d'activité " , dans une tribune publiée dans le Monde . La prévision de croissance est revue à la baisse, à 0,5%, soit à peine plus que les 0,4% enregistrés en 2013. Pour 2015, la croissance ne devrait pas être "très supérieure" à 1%, explique-t-il. Conséquence, cette année, le déficit ne passera pas sous la barre des 4% du PIB.

La croissance nulle au 2e trimestre 2014 - Aucun(e)
La croissance nulle au 2e trimestre 2014

Mots-clés :

Par :