Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Croix Rouge de Saint-Cyr tire la sonnette d'alarme : "nos conteneurs ne sont pas une déchetterie !"

mercredi 10 octobre 2018 à 18:54 Par Soizic Bour, France Bleu Touraine

La Croix Rouge de Saint-Cyr-sur-Loire, dans l'agglomération de Tours, pousse un coup de gueule : ses deux conteneurs sont régulièrement pris pour des poubelles. Chaque semaine les bénévoles trouvent téléviseurs, gros encombrants, préservatifs, excréments... Ils n'en peuvent plus.

Les bornes Relais de la Croix Rouge de Saint-Cyr servent souvent de dépôt pour autre chose que des vêtements.
Les bornes Relais de la Croix Rouge de Saint-Cyr servent souvent de dépôt pour autre chose que des vêtements. © Radio France - Soizic Bour

Saint-Cyr-sur-Loire, France

Des conteneurs à vêtements qui deviennent des dépotoirs. La Croix Rouge de Saint-Cyr-sur-Loire, dans l'agglo de Tours, tire la sonnette d'alarme. Vous l'avez sans doute constaté si vous êtes passés du côté de la maison des associations, les deux bornes à vêtements ont pris des allures de poubelle à ciel ouvert

La semaine dernière, le président de l'unité locale, Gérard Thiot, a dû prendre sa voiture pour aller à la déchetterie déposer ce qu'il avait récupéré devant ses deux bornes : "J'avais un poste de télévision, un transistor, un siège pour bébé, des cassettes, des CD", énumère-t-il. "C'est du grand n'importe quoi". 

Gros encombrants et tampons usagés...

Mais au pied du conteneur, les bénévoles trouvent aussi régulièrement des meubles, des matelas, de l'électroménager voire même parfois, directement à l'intérieur, des excréments, des préservatifs ou encore des tampons et des serviettes usagées. "On doit même mettre des gants quand on vide les conteneurs, pour se protéger", explique une bénévole. "Une fois on a trouvé un lot de soutien-gorge d'allaitement, je vous passe la couleur, je vous passe l'odeur, c'était affreux, de la putréfaction", explique Gérard Thiot. 

Gérard Thiot, le président de l'unité locale de Saint-Cyr pour la Croix-Rouge. - Radio France
Gérard Thiot, le président de l'unité locale de Saint-Cyr pour la Croix-Rouge. © Radio France - Soizic Bour

...jusqu'aux animaux morts

Et parfois ça peut aller encore plus loin : "Il nous arrive parfois de trouver dans nos bornes des animaux morts, des lapins, des chats, et même vivants, à certains moments", souligne Géraldine Bintinx, chargée de développement au Relais 37. "Les gens ne respectent rien, ni nos bornes ni le travail de nos salariés", ajoute-t-elle. 

Dans son entrepôt de triage à La Riche, l'entreprise emploie 13 salariés. "C'est de la pénibilité et du travail en plus pour nos salariés, ils doivent nettoyer autour et dans la borne, ce n'est pas normal et ce n'est surtout pas respectueux", explique-t-elle. 

Chaque jour, entre 15 et 25 tonnes de textiles sont collectées par les salariés du Relais. Ici, les sacs de vêtements dans l'attente d'être triés. - Radio France
Chaque jour, entre 15 et 25 tonnes de textiles sont collectées par les salariés du Relais. Ici, les sacs de vêtements dans l'attente d'être triés. © Radio France - Soizic Bour

Des bornes du Relais fermées à cause des déchets qui s'amoncellent

Résultat, à certains endroits privés comme les parkings des supermarchés, le Relais doit collecter ses bornes tous les jours, 7 jours sur 7. "Si on ne le fait pas ça devient ingérable, les gens jettent leurs poubelles dedans, ils mettent aussi des aliments avariés de leur congélateur par exemple", peste Géraldine Bintinx. Et dans certains cas extrêmes, le Relais doit carrément fermer ses bornes. "Chaque année, à cause de ça, on perd environ 10 % de notre budget", déplore-t-elle. 

Gérarldine Buntinx (à droite) et sa collègue Isabelle, devant une des bornes du Relais 37, à La Riche. - Radio France
Gérarldine Buntinx (à droite) et sa collègue Isabelle, devant une des bornes du Relais 37, à La Riche. © Radio France - Soizic Bour

La mairie de Saint-Cyr interpellée

Pour régler le problème, qui dure quand même depuis cinq ans et l'installation des bornes au pied de la maison des associations, la Croix Rouge de Saint-Cyr a interpellé la mairie. À terme, ce que Gérard Thiot aimerait, ce sont des caméras de vidéo-surveillance installées au dessus des conteneurs.