Économie – Social

La cuve de l'EPR de Flamanville validée par l'ASN, l'autorité de sûreté nucléaire

Par Frédérick Thiébot, France Bleu Cotentin mercredi 11 octobre 2017 à 18:26

Le chantier EPR de Flamanville en mars 2016
Le chantier EPR de Flamanville en mars 2016 © Maxppp - Philippe Chérel

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) donne son feu vert définitif mais sous condition à la cuve du réacteur EPR de Flamanville (Manche) malgré ses anomalies.

L’ASN autorise la mise en service de cette cuve du futur EPR de Flamanville, confirmant un premier avis donné cet été. Mais avec un bémol à propos de l’anomalie de la composition de l’acier du fond et du couvercle de la cuve du réacteur en cours de construction.

Dans un communiqué rendu public ce mercredi sur son site internet, l’ASN considère que cette anomalie n’est pas de nature à remettre en cause la mise en service de la cuve sous réserve de la réalisation de contrôles spécifiques lors de l’exploitation de l’installation.

La cuve de l'EPR de Flamanville lors de sa pose - Maxppp
La cuve de l'EPR de Flamanville lors de sa pose © Maxppp - Gilles Collas

Mais l’ASN considère que le couvercle actuel ne peut être utilisé au-delà de 2024 et précise que la mise en service de l'EPR de Flamanville restera par ailleurs soumise à une autorisation délivrée notamment au regard des résultats d’une épreuve hydraulique d’ensemble du circuit primaire principal.

EDF prend acte de cette décision de l'ASN et de la demande d'un changement de couvercle de sa cuve avant 2024.

Du côté des anti-nucléaires, Didier Anger, président du Crilan, n'est pas surpris par cette décision de l'ASN et parle de "scandale d'Etat" et ajoute que "le fric l'emporte sur la sécurité, c'est inadmissible et scandaleux". La CGT à travers Jean-François Sobbecky, son représentant sur le site de l'EPR, approuve les recommandations de l'ASN mais dénonce à travers ces anomalies de cuve "la perte de compétences des industriels de la filière nucléaire".