Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La DAL réuni à Rouen contre la fin de la trêve hivernale

samedi 1 avril 2017 à 20:30 Par Kathleen Comte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Ce samedi, devant le Palais de Justice de Rouen, ils étaient entre 30 et 50 membres de l'association du DAL (Droit Au Logement) à se réunir pour protester contre la fin de la trêve hivernale. Depuis vendredi 31 mars les expulsions locatives sont de nouveau possible.

L'association du DAL (Droit Au Logement) réuni ce samedi devant le Palais de Justice de Rouen pour protester contre la fin de la trêve hivernale.
L'association du DAL (Droit Au Logement) réuni ce samedi devant le Palais de Justice de Rouen pour protester contre la fin de la trêve hivernale. © Radio France - Comte Kathleen

Rouen, France

Fin de la trêve hivernale depuis vendredi 31 mars. Et reprise donc des expulsions locatives. Une situation que le DAL (le droit au logement) combat chaque année. Après la mairie de Bonsecours vendredi, les membres de l'association se sont réunis ce samedi à Rouen devant le Palais de Justice pour protester. Distribution de tracts, slogans scandés au microphone... Le but : sensibiliser les passants et montrer leur présence. Avec un message : "Un toit c'est un droit".

Le DAL était aussi là pour dénoncer le fait que de nombreux logements libres restent inoccupés. Un non-sens pour Sylvie Rive militante au sein de l'association depuis depuis une dizaine d'années : "A Rouen il y a beaucoup de logements vides alors qu'il existe une loi de réquisition. C'est-à-dire que le maire peut décider de réquisitionner des logements vides pour loger les gens à la rue. Ces logements parfois sont chauffés, car ils sont dans des immeubles, mais ils ne servent à rien, à personne."

Pour Sylvie Rive, le système est bizarre car la loi prévoit que chaque personne doit être hébergée mais comme il n'y a pas assez de places, automatiquement il y a un manque de moyens et donc des gens à la rue : "Nous avons une famille qui est passée au tribunal de grande instance mercredi matin, jeudi les serrures étaient changées et ils étaient dehors avec quatre nuits d'hôtel, et après c'est le 115 tous les jours. Tous les ans on revient, pas seulement à la fin de la trêve hivernale, c'est notre combat quotidien, on rappelle la loi systématiquement, toute l'année mais personne n'en tient compte. La loi n'est pas appliquée."

Sylvie Rive militante au DAL depuis une dizaine d'années.

A l'aide de pancartes, drapeaux et tambours, le DAL espère se faire entendre. Un message : 'Un toit c'est la loi, un toit c'est un droit" - Radio France
A l'aide de pancartes, drapeaux et tambours, le DAL espère se faire entendre. Un message : 'Un toit c'est la loi, un toit c'est un droit" © Radio France - Kathleen Comte