Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La déconstruction de l'ancien abattoir Gad démarre dans quelques jours

mercredi 9 janvier 2019 à 19:19 Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

Le site de l'ancien abattoir Gad à Lampaul-Guimiliau dans le Nord-Finistère va être partiellement déconstruit d'ici l'été. La première réunion de chantier est prévue mercredi prochain. Les tractopelles seront au travail d'ici une dizaine de jours. Une page se tourne.

Yvon Millin, ancien syndicaliste de Gad et le maire de Lampaul Guimillau,  Jean Marc Puchois
Yvon Millin, ancien syndicaliste de Gad et le maire de Lampaul Guimillau, Jean Marc Puchois © Radio France - Valérie Le Nigen

Lampaul-Guimiliau, France

Une page se tourne pour ce site qui a employé jusqu'à 1200 personnes. Lors de la fermeture en 2014, 889 personnes ont perdu leur emploi à Lampaul-Guimiliau. Quelques jours avant cette déconstruction partielle, Yvon Milin, ancien ouvrier et syndicaliste, entre à nouveau sur le site. 

Jamais revenu dans les lieux depuis la fermeture

Il a passé 20 ans à l'abattoir et n'était pas revenu dans la friche depuis la fermeture. En quatre ans et demi, la végétation a repris ses droits. Il y a des moisissures sur les façades, là où GAD veillait à une propreté irréprochable. Le silence contraste avec le bruit de l'abattoir lorsque 1200 personnes y travaillaient.

Yvon Milin : "je fais un détour pour ne jamais passer devant le site"

Yvon ne cache pas son émotion : "Je fais des détours pour ne jamais passer devant la friche. C'est trop dur. Les copains, l'ambiance... cela me manque encore. Alors, oui, déconstruire, c'est mieux." Le maire Jean-Marc Puchois espère que cette déconstruction partielle aidera à tourner la page : "il y a des friches qui restent comme des verrues pendant des décennies. Ici, le plan local d'urbanisme pourra être révisé avec un nouveau terrain de 30.000 mètres carrés en plein bourg." 

30.000 mètres carrés déconstruits, soit la moitié du site environ 

30.000 mètres carrés sur 60.000 sont concernés dont 20.000 de bâtiments : c'est la partie "abattoir découpe", en haut du site. La mairie et la région cherchent toujours des repreneurs pour l'autre partie du site, qui ne sera pas déconstruite. 

Olivier Le Bras, ancien syndicaliste de Gad, sur l'escalier " du personnel", couvert de lierre. - Radio France
Olivier Le Bras, ancien syndicaliste de Gad, sur l'escalier " du personnel", couvert de lierre. © Radio France - Valérie Le Nigen