Économie – Social

La direction de Seita confirme la fermeture de l'usine de Carquefou

Par Thibaut Lehut, France Bleu Loire Océan mardi 15 avril 2014 à 12:11 Mis à jour le mardi 15 avril 2014 à 14:56

Le site de Carquefou fabrique notamment des Gauloises et des Gitanes
Le site de Carquefou fabrique notamment des Gauloises et des Gitanes © Maxppp

Le fabricant de cigarettes Seita a annoncé ce mardi que l'usine située près de Nantes, qui emploie 327 salariés, était bien vouée à la fermeture.

La direction du fabricant de cigarettes Seita, filiale du britannique Imperial Tabacco, a confirmé mardi la fermeture de l'usine de Carquefou, près de Nantes, qui emploie 327 salariés. Idem pour le site de Bergerac. Au total, 366 postes seront supprimés sur les 1.150 que compte l'entreprise en France. 130 seront créés en Pologne. La direction n'a pas précisé la date de la fermeture du site nantais, mais les syndicats ont lancé un appel à débrayage, et ont convié les salariés à une réunion d'information à la mi-journée.

> A LIRE AUSSI :  L'Institut du Tabac à Bergerac va fermer Dans un communiqué, la Seita explique qu'elle "s'attachera à identifier puis à mettre en oeuvre des solutions d'accompagnement adaptées à chacun des salariés concernés,  en concertation avec les partenaires sociaux". Elle évoque des "mesures de reclassement interne et un programme de pré-retraite financé l'entreprise", entre autres. Les négociations avec les syndicats doivent commencer le 24 avril 2014.

Réduction des coûts, hausse du prix du paquet

Fin mars, les représentants de la Seita avait indiqué dans un communiqué avoir eu vent d'un "projet de restructuration qui impacterait un tiers des 1.180 salariés " de l'entreprise en France. Imperial Tabacco a lancé un plan d'économie de 385 millions d'euros d'ici 2018, selon Le Figaro , dont 72 millions cette année. La hausse du paquet de cigarettes de 20 centimes intervenue début janvier a eu un impact sur les ventes. Au premier trimestre 2014, les ventes de cigarettes on chuté de 8,9% en volume et de 2,2% en valeur, toujours selon le quotidien.

> A LIRE AUSSI :  La production de tabac meurt petit à petit dans la Drôme