Économie – Social

La e-cigarette : après le boom, la crise ?

Par Julie Szmul, France Bleu Saint-Étienne Loire samedi 4 avril 2015 à 18:42 Mis à jour le lundi 13 avril 2015 à 18:18

La vitrine de l'une des boutiques de cigarettes électroniques à Saint-Étienne (Julie Szmul)
La vitrine de l'une des boutiques de cigarettes électroniques à Saint-Étienne (Julie Szmul) © Radio France

Les boutiques de e-cigarettes se sont multipliées en France en très peu de temps. A Saint-Étienne, on est passé de trois boutiques spécialisées il y a trois ans, à dix-huit aujourd'hui. Mais certaines ne survivent pas, et mettent la clé sous la porte. Avec le vote de la loi santé ce mardi, qui restreint encore un peu plus l'utilisation de la e-cigarette, la crise va t-elle avoir lieu ?

Le marché de la e-cigarette est-il en crise ? Après le boom ces dernières années de la vapoteuse, le marché semble aujourd'hui en perte de vitesse. Et l'encadrement de cette filière est de plus en plus strict : le 2 avril dernier, l'association française de normalisation (l'Afnor) a mis en place deux normes, l'une pour les cigarettes électroniques, l'autre pour les e-liquides. Les fabricants doivent maintenant respecter ces normes, visant à garantir plus de sécurité et de transparence pour les consommateurs. Ce mardi, c'est le vote de la loi de santé de Marisol Touraine qui pourrait encore plus perturber le marché. Elle contient plusieurs mesures pour encadrer l'usage de tabac, notamment l'encadrement de la publicité pour les cigarettes électroniques et l'interdicition du vapotage dans certains lieux publics (dans les établissements accueillant des mineurs, dans les transports collectifs et les espaces clos collectifs de travail).....

De 3 à 18 boutiques en trois ans

A Saint-Étienne, il y a trois ans, le centre-ville ne comptait que trois boutiques spécialisées. Aujourd'hui, elles sont dix-huit, et ce chiffre ne tient pas compte des nombreux buralistes qui proposent, à côté des paquets de cigarette traditionnels, des e-cigarettes. Le marché a donc explosé, et conséquence, la clientèle s'est divisée entre les nombreuses boutiques. Certaines n'ont pas réussi à fidéliser leurs clients : une boutique d'e-cigarettes a déjà fermé ses portes. Deux autres vont certainement suivre le même chemin, faute de clientèle.

E-Cigarette ENRO

Pour d'autres boutiques, comme SudeClope à Saint-Étienne, ce n'est pas la crise. Willy est le gérant de la boutique, il compte 24 000 clients réguliers, et s'apprête à ouvrir son deuxième magasin, après trois ans d'existence.

E-Cigarette SON

"Des fumeurs qui veulent arrêter de fumer, il y en aura toujours. Cela nous garantit une clientèle !", Benjamin gérant de Vapostore à Saint-Étienne