Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La faïencerie de Niderviller expulsée des locaux qu'elle occupait depuis près de trois siècles

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Alsace, France Bleu, France Bleu Elsass

Fin décembre, la justice a ordonné l'expulsion de la faïencerie de Niderviller de ses locaux historiques. Une décision appliquée ce lundi, au grand désespoir des occupants des lieux. Mais le site continuera à vivre, selon son propriétaire. Explications.

Expulsion de la faïencerie de Niderviller (Moselle) de ses locaux historiques, sur décision de justice, le lundi 12 avril 2021
Expulsion de la faïencerie de Niderviller (Moselle) de ses locaux historiques, sur décision de justice, le lundi 12 avril 2021 © Radio France - Julie Seniura

Des images consternantes... Ce lundi à Niderviller, à côté de Sarrebourg (Moselle), la faïencerie du village a été expulsée de ses locaux, sur décision de justice, avec l'appui d'un huissier et des gendarmes, veillant au bon déroulé de l'opération. C'est pourtant ici, dans ces bâtiments du XVIIIe siècle, que les assiettes, objets et figurines de Niderviller sont nés, et fabriqués depuis 1735.

Il va falloir une semaine, pour tout déménager : démonter les machines, emballer une par une chaque assiette. Et surtout les moules : certains ont 300 ans d'âge. "Je suis déçu que ça se termine comme ça, regrette Olivier Acker, l'un des deux derniers salariés de la faïencerie de Niderviller, en charge de la boutique. C'est brutal, c'est la fin d'une grande histoire et d'un savoir-faire".

L'autre salarié, Pascal Dieda, est tout aussi désemparé : il est le dernier et unique artisan-modeleur de la faïencerie. "44 ans de service... Je devais partir à la retraite en octobre. Je pensais former un jeune pour reprendre la suite. Car les moules sont anciens, fragiles, il faut connaître". Depuis une dizaine d'années, seule une partie de la fabrication est réalisée à Niderviller : les "biscuits" sont façonnés à la main, puis emmenés chaque semaine à Saint-Clément, près de Lunéville, pour être émaillés. "Ce matin, j'avais une commande à terminer... Il me restait 10% à faire. Et puis j'avais une autre grosse commande, environ 5.000 pièces "en cru". Ça, c'est très fragile". 

Même si ce sont des déménageurs professionnels, il va y avoir de la casse

Le déménagement de la faïencerie devrait durer toute la semaine
Le déménagement de la faïencerie devrait durer toute la semaine © Radio France - Julie Seniura

Epilogue d'un conflit de plusieurs années

La cause de cette décision : un conflit de longue date. Il oppose l'occupant des lieux, la société Faïence et Cristal Fins, placée en redressement judiciaire, et le propriétaire des bâtiments, la communauté de communes de Sarrebourg Moselle-Sud. La situation s'est envenimée quand le chantier de réhabilitation du site a débuté. D'abord des nuisances lors des travaux : fuites d'eau lors des travaux de toiture, dégâts et salpêtre sur les faïences et les moules lors de la dépose des fenêtres... Puis le bail n'a pas été renouvelé. Surtout, l'idée d'un projet commun pour valoriser le patrimoine de Niderviller n'a pas abouti.

"J'ai rencontré M. Kergoat il y a quatre ans, en avril 2017, explique Roland Klein, le président de la communauté de communes de Sarrebourg Moselle-Sud, propriétaire des lieux. Je pensais qu'il avait une ambition réelle. Or il n'a jamais donné signe de vie, n'a jamais fait de proposition écrite. On a perdu beaucoup de temps et d'argent. Aujourd'hui, on va récupérer un bâtiment magnifique, et développer un projet avec un autre partenaire".

On a un locataire qui ne respecte pas la loi, qui ne paye plus ses loyers

Roland Klein assure que ce partenaire, ingénieur et formateur dans ce domaine, va reprendre la fabrication de faïence à Niderviller dans les tout prochains mois. Le site accueillera, à terme, une résidence d'artisans présentant tous les arts du feu : faïence, fer et cristal.

Expulsion de la faïencerie de Niderviller (Moselle) de ses locaux historiques, sur décision de justice, le lundi 12 avril 2021
Expulsion de la faïencerie de Niderviller (Moselle) de ses locaux historiques, sur décision de justice, le lundi 12 avril 2021 © Radio France - Julie Seniura

Jean-Claude Kergoat, le président de Faïence et Cristal Fins, dénonce, lui, une cabale pour le faire partir du site. "Le président [de la communauté de communes] se croit tout puissant. Ca serait nouveau qu'il ait un projet, il n'en a jamais eu. Nous avons le savoir-faire, les moules, des clients, un réseau. Eux, ils sont allés jusqu'à nous couper le chauffage pour nous faire comprendre qu'il fallait partir !" 

Ils ont tout fait pour nous détruire

Surtout, selon Jean-Claude Kergoat, cette expulsion menace l'ensemble des manufactures qu'il possède en Lorraine : "Saint-Clément, Lunéville, Vallerysthal, Sarreguemines-Utzschneider, Portieux... A partir du moment où on est en redressement judiciaire et qu'on ne paie pas ses dettes, les coûts de déménagement, les coûts de licenciement (puisque les salariés ne peuvent plus venir)... tout sera liquidé. Nous sommes une seule structure juridique".

La société Faïence et Cristal Fins annonce plusieurs recours en justice, pour contester notamment son expulsion. En attendant le matériel de la faïencerie devrait être entreposé au garde-meuble.

  • « Suite à la publication de cet article intitulé "La faïencerie de Niderviller expulsée des locaux qu'elle occupait depuis près de trois siècles" Monsieur Kergoat nous indique qu’il tient à préciser que sa société n’a pas été expulsée pour non- paiement de loyers puisque ceux-ci ont continué d’être payés scrupuleusement alors même que la surface occupée était diminuée de facto de plus de 50 % de la surface théoriquement louée. L’expulsion a été faite sur le fondement d’une simple ordonnance de référé dont il est important de préciser qu’elle fait l’objet d’un appel. »
Choix de la station

À venir dansDanssecondess