Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Feria de Dax 2018

La Feria de Dax dans le rouge d'avance : un groupe de travail créé

-
Par , France Bleu Gascogne

D'habitude les Fêtes de Dax s'autofinancent mais cette année, pour la première fois, l'organisation de la Feria 2018 va couter 130.000 euros d'avance à Dax. La faute aux charges qui augmentent et au public moins nombreux des corridas. Un groupe de travail multi-partis a été créé jeudi soir.

Entre les frais de sécurité et les corridas qui attirent un peu moins, le budget est mis à mal.
Entre les frais de sécurité et les corridas qui attirent un peu moins, le budget est mis à mal. © Maxppp -

Dax, France

A quoi ressembleront les Fêtes de Dax de demain ? Combien de jours ? Combien de corridas ? Quelles animations à l'extérieur des arènes pour les 800.000 festayres ? Une chose est sûre, il faut commencer à y réfléchir ! Parce que dans le tiroir caisse, la Feria d'aujourd'hui ne fonctionne plus. Pour la première fois cette année, avant même de savoir si la météo sera bonne, les Fêtes de Dax vont coûter de l'argent aux Dacquois...  

Un autofinancement traditionnel

D'avance, la ville sait qu'elle devra débloquer une enveloppe publique de 130.000 pour équilibrer le budget 2018. Ce n'est pas une somme folle, surtout rapportée au budget global de 3,7 millions d'euros (le même qu'en 2017) mais c'est tout un symbole qui inquiète l'équipe municipale. Car traditionnellement, mis à part les années de très mauvais temps, la Feria ne coute pas un sous au contribuable dacquois. Les recettes des ventes de billets de corridas et de vente d'alcool et de nourriture dans les rues suffissent à couvrir les dépenses d'organisations.   

300.000€ pour la sécurité en 2017

Sauf que depuis plusieurs années, les charges fixes augmentent. Avec l'état d'urgence notamment les dépenses de sécurité explosent. En 2017, la ville a ainsi dépensé près de 300.000€ en vigiles privés, plots anti-voitures bélier etc. Et puis de l'autre côté du budget, les recettes ne sont plus aussi faciles qu'avant. Si les festayres sont toujours au rendez-vous (800.000 environ, même s'il est difficile de chiffrer vraiment l'événement), les corridas attirent moins et les arènes ne sont plus remplies à 100% à chaque spectacle mais plutôt entre 90 et 95%. En 2017, la ville de Dax, en régie municipale (sans intermédiaire dans la gestion de ses arènes) a vendu 35.000 places pour les cinq corridas de la Feria, soit presque 700 de moins qu'en 2016.  

Un groupe de travail pour réinventer le modèle économique

Alors jeudi soir, au conseil municipal de Dax, Elisabeth Bonjean, la maire, a proposé de créer un groupe de travail multi-partis pour réfléchir à un nouveau modèle économique, réinventer le financement des Fêtes de Dax. Une très bonne idée pour Pascal Dagès, élu de l'opposition et ancien président du comité des Fêtes de Dax. Il a même déjà des idées de réflexion. "Je pense à la corrida du 15 août au matin parce que pour attirer le public le matin il faut un cartel fort et une tête d'affiche qui coûte cher et c'est un spectacle qu'on vend à bas prix parce que l'arène est en plein soleil donc la marge est quasi nulle voir même déficitaire alors, il faudra en discuter mais il faudra peut-être envisager de déplacer cette corrida par exemple", propose déjà le membre du nouveau groupe de travail.   

Pour les Fêtes 2018 évidement on ne touche plus à rien, mais l'idéal serait de trouver un nouvel équilibre dès 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu