Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

La fermeture du lycée agricole de Vaujours,"une incohérence totale" pour les élèves et les professeurs

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

L'annonce a été officialisée il y a quelques jours : le lycée agricole Fénelon de Vaujours en Seine-Saint-Denis va fermer ses portes en septembre 2020. Une décision qui inquiète et qui révolte les 160 élèves concernés et leurs enseignants.

Le lycée Fénelon de Vaujours en Seine-Saint-Denis
Le lycée Fénelon de Vaujours en Seine-Saint-Denis - Luca Biglione

C'est officiel depuis la semaine dernière : le lycée du paysage et de l'environnement (LPE) Fénelon de Vaujours (Seine-Saint-Denis) va fermer ses portes en septembre 2020. Une décision qui inquiète enseignants et élèves qui ont décidé d'unir leurs forces pour sauver leur établissement.

400 000 euros de déficit selon la direction

"Le lycée Fénelon, c'est une institution", rappelle Philippe Jorgji, l'un des 25 enseignants mobilisés contre la fermeture."Elle a été fondée dans les années 1840 par l'abbé Dubeau qui formait de jeunes orphelins aux métiers de l'horticulture", raconte-t-il. Mais plus d'un siècle plus tard, le lycée accuse un déficit de 400 000 euros et une érosion du nombre d'élèves accueillis ces dix dernières années, selon la direction du diocèse qui le gère et qui a donc décidé de se séparer ce cette filière (la filière générale, l'école et le collège restent ouverts).

Inquiétude pour la rentrée de septembre

Parmi les 160 élèves concernés, il y a Andrea, habitante d'Aulnay-sous-Bois en BTS aménagement paysager. "On ne pensait pas que ça se ferait comme ça en pleine période de confinement et de Covid-19". L'étudiante de 20 ans avoue être "dans le flou" en ce qui concerne la rentrée de septembre. Elle a bien d'autres pistes pour reprendre sa formation "mais pas forcément avec les même matières" et surtout il faudra aller plus loin, "près du Bois de Vincennes, à Saint-Germain-en-Laye ou à Brie-Comte-Robert" ce qui coûtera plus cher en essence et encore plus, si elle réserve une place en internat.

Philippe Jorgli, enseignant au LPE Fénelon de Vaujours (à gauche) avec Luca, Servane,Carla et Andréa, anciens et actuels élèves
Philippe Jorgli, enseignant au LPE Fénelon de Vaujours (à gauche) avec Luca, Servane,Carla et Andréa, anciens et actuels élèves © Radio France - Hajera Mohammad

Pétition, mobilisation des anciens et appels aux élus

Pour sauver le lycée agricole, les élèves actuellement scolarisés peuvent compter sur les anciens de Fénelon qui se mobilisent sur des groupes facebook mais aussi à travers une pétition qui a déjà recueilli plus de 5 000 signatures. Pour Luca Biglione, ancien élève cette décision est incohérente surtout, "à l'heure actuelle et à la sortie du confinement où on parle de villes vertes et des gens qui ont besoin de ce lien avec la nature... On va à reculons complètement !"

"C'est du gâchis !"

Même constat pour Servane. Aujourd'hui, soigneuse animalière, c'est grâce au LPE qu'elle a trouvé sa voie, elle qui n'aimait "pas trop l'école". "En ayant ce bac STAV (sciences et technologies de l'agronomie du vivant), on peut travailler dans l'agro-alimentaire, dans le paysage, dans l'animation, on peut tout faire ! Et c'est important de savoir qu'il y a cette filière qui peut nous ouvrir plein de portes et nous faire aimer l'école", affirme-t-elle. La jeune femme dénonce un "gâchis" et en appelle aux élus locaux pour recevoir leur soutien dans ce combat. 

Rendez-vous au tribunal de Bobigny

Les opposants à cette fermeture gardent malgré tout un petit espoir, notamment les enseignants qui ont obtenu une audience en référé ce vendredi 29 mai au tribunal de Bobigny. Ils contestent le montant de 400 000 euros de déficit avancé par la direction de l'établissement et présentent de leur côté, une contre-expertise indépendante. "Le lycée aurai en réalité une capacité d'auto-financement de 700 000 euros par an", selon Philippe Jorgji. 

Aujourd'hui, beaucoup se demandent si cette "liquidation" du lycée agricole ne servirait pas à laisser place à un projet immobilier. "On vient d'apprendre que le plan local d'urbanisme de la ville a été modifié et qu'une partie du terrain occupé par le lycée est devenu constructible", avance le professeur.

"Des perspectives d'emploi importantes" - Philippe Jorgji, enseignant au LPE Fénelon de Vaujours

Projet immobilier à la place ?

Le maire de Vaujours dément toute opération immobilière à venir du côté de la municipalité sur ce terrain. Dominique Bailly (LR) déplore également la fermeture de ce lycée et cette école Fénelon où il a lui-même étudié. L'élu rappelle qu'il s'agit d'un établissement privé et par conséquent, ses moyens d'actions sont limités mais il s'engage à ce qu'il y ait "le moins de casse possible"

Le lycée du paysage et de l'environnement Fénelon de Vaujours en Seine-Saint-Denis
Le lycée du paysage et de l'environnement Fénelon de Vaujours en Seine-Saint-Denis - Luca Biglione

Le président du conseil départemental, lui, a écrit une lettre au ministre de l'Agriculture, qui avait passé un contrat avec l'établissement, pour lui faire part de son incompréhension. La fermeture du LPE "représenterait une perte importante pour la formation aux métiers de la nature dans un contexte où la Seine-Saint-Denis s’engage résolument en faveur de la préservation de la biodiversité et du développement de l’agriculture urbaine", écrit Stéphane Troussel (PS). 

La fermeture du lycée agricole de Vaujours,"une incohérence totale" pour les élèves et les professeurs

Le ministère de l'Agriculture, contacté par France Bleu Paris, explique dans une réponse écrite "que l'autorité académique reste mobilisée jusqu'à la prochaine rentrée scolaire pour accompagner ces jeunes" en leur proposant des solutions dans les établissements publics et privés de la région Île-de-France "ainsi que des régions limitrophes". Les personnels enseignants eux "seront prioritaires" pour les demandes de mutation dans l'enseignement agricole privé.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu