Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La fermeture du site de maintenance de Hop à Lesquin confirmée aux salariés

-
Par , France Bleu Nord

Le directeur général de la compagnie aérienne Hop est venu confirmer la fermeture du site de maintenance de Lesquin mardi, en raison des difficultés économiques rencontrées par la filiale d'Air France. Il n'a pas apporté beaucoup de réponse aux 57 salariés quant à leur avenir.

 Les salariés savent qu'ils ont peu de chances de trouver un emploi dans le domaine de l'aéronautique sans quitter la région
Les salariés savent qu'ils ont peu de chances de trouver un emploi dans le domaine de l'aéronautique sans quitter la région © Radio France - Sophie Morlans

La mauvaise nouvelle s'est confirmée mardi pour les 57 salariés du centre de maintenance de la compagnie aérienne Hop à Lesquin. Le site va fermer d'ici 2023. Son directeur général est venu l'annoncer, promettant qu'une solution sera trouvée pour chacun: reclassement, ou départ volontaire. 

Conséquence de la crise du secteur aérien, la filiale régionale d'Air France va perdre 40% de son effectif et supprimer une partie de ses appareils.  La crise du coronavirus a accéléré les difficultés de la compagnie régionale, explique Pierre-Olivier Blandet : "Non seulement on doit s'adapter de façon conjoncturelle, mais on doit aussi se réformer aussi de façon structurelle. Si les pertes étaient encore acceptables en 2019, le groupe joue aujourd'hui sa survie." 

Conséquence, Hop va conserver seulement 32 de ses 57 avions et les besoins d'entretien sont donc réduits. Or les capacités, si elles ne sont pas revues à la baisse, seront 3 fois plus importantes par rapport au nombre d'appareils. "Même si les compétences des salariés nordistes sont reconnues et appréciées, nous avons fait le choix de fermer Lesquin", explique le directeur général, qui promet une solution à chacun.

Ces annonces sont amères pour Rudy Bertin, technicien de maintenance depuis 12 ans à Lesquin. "Après plus de 20 ans de bons et loyaux services, on ferme. C'est une perte de compétence pour le monde de l'aérien. Ici nous avons un savoir-faire reconnu dans le monde. Nous allons continuer à travailler pendant 2 ans encore sur ces avions, tout en sachant que cela va se terminer. Quand l'Etat donne 7 milliards à Air France, on a du mal à comprendre qu'il y a ait autant de suppressions de postes, même si le Covid est passé par là."

La direction promet des accompagnements au départ sur la base du volontariat ou des reclassements au sein du groupe, mais en dehors de la région. La plupart devraient être proposés à Roissy Charles de Gaulle.

Michaël Carteron, contrôleur de production depuis 2003 à Lesquin, s'inquiète pour son avenir. "J'ai une femme, un enfant en bas âge, un attachement pour la région. On est tous installés, certains viennent de faire construire une maison. La seule solution, ce serait d'abandonner l'aéronautique. C'était une passion. Aujourd'hui, il n'y a pas d'option, à part une reconversion."

Direction et représentants des salariés se donnent rendez-vous le 31 juillet pour un CSE extraordinaire, au siège de la compagnie à Nantes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess