Économie – Social DOSSIER : La ruralité : un enjeu électoral 2017

La fibre optique se déploie en Berry pour lutter contre la désertification

Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry lundi 30 janvier 2017 à 6:00

Démonstration de soudure de fibre optique au Conseil Départemental l'Indre
Démonstration de soudure de fibre optique au Conseil Départemental l'Indre © Radio France - Gaëlle Fontenit

Les départements de l'Indre et du Cher misent sur le déploiement de la fibre optique pour lutter contre la désertification des territoires ruraux. Les deux départements berrichons ont investit plus de 200 millions d'euros.

"La fibre optique, c'est une révolution dans nos quotidiens quasiment de la même ampleur que l’avènement du chemin de fer". Le président du conseil départemental de l'Indre ne tergiverse pas dans sa comparaison.

Il faut dire que l'enjeu est de taille : "Un accès au très haut débit, ça veut dire la possibilité de développer la télémédecine. Ça veut dire le télétravail. Ça veut dire un argument indispensable pour convaincre les entreprises de s'implanter chez nous. Ça veut dire que dans la plus petite commune rurale de nos départements, nous aurons les mêmes conditions de travail et de modernité qu'en plein cœur de Paris," s'enthousiasme Serge Descout. D'autres élus ajoutent à la liste que le haut débit est désormais réclamé par les touristes en villégiature, qu'il est indispensable pour l'accompagnement scolaire, que c'est un argument dans l'attractivité du territoire pour lutter contre la désertification du monde rural. Bref, un véritable enjeu de société pour la préservation de la ruralité.

Une enveloppe de 200 millions d'euros

L'Indre et le Cher se sont associés pour financer le projet : "C'est presque 200 millions d'euros d'investissement public pour nos deux départements" explique Patrick Barnier, vice-président du conseil Départemental du Cher, en charge du numérique.

Le projet est audacieux : les départements prennent en charge la construction des lignes et en louent l'exploitation à une filiale du groupe Bouygues qui commercialisera le réseau auprès de fournisseurs d'accès à internet. C'est auprès de ces derniers que les clients - particuliers ou entreprises - pourront souscrire un abonnement. "Il n'y aura pas de surcoût pour les particuliers, précise Patrick Barnier. Ils paieront l'équivalent de leur abonnement actuel mais avec une meilleure connexion. Les entreprises devraient même bénéficier d'accès beaucoup moins cher". Certains spécialistes vont jusqu'à parler d'une facture divisée par 10...

70 % du territoire couvert d'ici 2020

Le procédé technique, le financement et les enjeux définis, reste la question du calendrier. "Nous voulons que 70% de la population puisse bénéficier du très haut débit d'ici 2020, promet Serge Descout. Pour les 30% restants, nous sommes en train de travailler sur les techniques à mettre au point pour qu'ils soient concernés d'ici 2025. C'est d'ailleurs une promesse de l'Etat".

"Si j'étais président...

Nous avons demandé à Jean-Louis Camus, maire de Mézières-en-Brenne quelles seraient ses priorités en tant que président pour l'aménagement du territoire. "La ruralité est en danger de mort. On a un bel outil pour repeupler le monde rural : c'est la fibre optique. On a la chance d'avoir l'outil pour travailler avec le monde entier depuis sa terrasse en Brenne. Ne pas avoir la fibre à moins de 1.000 euros par mois, c'est inadmissible !"

  - Aucun(e)
-

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.