Économie – Social

A La Flèche, des salariés sont devenus leurs propres patrons

Par Marion Fersing, France Bleu Maine mardi 21 avril 2015 à 5:13

La "Nouvelle Saplec" est installée dans la ZA des Eturcies, à La Flèche
La "Nouvelle Saplec" est installée dans la ZA des Eturcies, à La Flèche © Radio France

Les anciens salariés de la Saplec, dans la Sarthe, ont repris leur entreprise d'électricité qui a été placée en liquidation judiciaire en début d'année. Et ça marche ! Les carnets de commande sont pleins.

C'est le rêve de beaucoup de salariés : devenir leurs propres patrons. Et bien ceux de la SAPLEC, à La Flèche, ont franchi le pas. Ils sont quatre à avoir repris leur société d'électricité , la SAPLEC, placée en liquidation judiciaire au début de l'année, pour des problèmes de gestion.

"C'est notre entreprise à nous et ça change tout ! On gère le truc à 100 %"

Chacun a investi 5000 euros pour racheter des outils, des voitures et du matériel de l'ancienne entreprise qui s'appelle désormais la "Nouvelle SAPLEC". Ils se sont aussi associés avec deux autres artisans et ils ont reçu beaucoup de soutien : de la part du mandataire judiciaire, de l'expert comptable et même de certains clients qui ont accepté que leur chantier soit retardé. Et être son propre patron, ça change tout confient les associés : "c'est notre matriel à nous, on en prend beaucoup plus soin, même chose pour la qualité des chantiers. C'est plus du tout le même état d'esprit".

Le carnet de commande est plein

Et ça marche ! Aujourd'hui, le carnet de commandes est plein. Pour autant, Ludovic Goulet, l'un des associés, reste prudent : "on est quand même dans une période de crise, donc créer une entreprise aujourd'hui, c'est toujours un risque. Après, c'est la confiance qu'on a reçue qui nous a permis de nous lancer. Le malheur a fait notre bonheur, c'est une aventure !"

Pour l'instant, la Nouvelle SAPLEC travaille avec des professionnels, notamment des architectes, avant d'étendre sa clientèle aux particuliers.

C'est une nouvelle aventure qui commence pour ces anciens salariés de la SAPLEC à La Flèche