Économie – Social

La fourrière de Perpignan n'est plus rentable financièrement

Par Stéfane Pocher, France Bleu Roussillon jeudi 22 septembre 2016 à 22:23

Enlévement d'une voiture à Perpignan
Enlévement d'une voiture à Perpignan © Maxppp - Maxppp

Il n'y a plus assez de voitures à enlever à Perpignan. La société "Roussillon Express" ayant la charge de ce service est proche du dépôt de bilan. La mairie a accepté de casser la convention de délégation de service publique qui expire en 2018.

L'activité de l'entrepreneur est en forte baisse depuis trois ans. Impossible d'aller au terme du contrat. La mairie de Perpignan a accepté de casser le contrat avec anticipation.

Et ce n'est pas anodin.  En cas de dépôt de bilan,  il n'y a plus de fourrière auto.

Imaginez une ville comme Perpignan sans fourrière.  Une fourrière n'est pas populaire, mais elle est indispensable pour Chantal Bruzy, l'adjointe à la sécurité publique à la ville de Perpignan.

"Comment faire pour enlever une voiture gênante sur un trottoir, devant un immeuble ou encore garée sur une place réservée aux handicapés. Visiblement ce n'est pas ce qui manque à Perpignan."

Mais visiblement, ce marché n'est plus intéressant, pour Roussillon Express.

5 260 véhicules en infraction  en 2012

Son chiffre d'affaire a été divisé presque par deux l'année dernière. 40% de véhicules en moins, forcément c'est moins rentable.

Pour le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol il n'est pas possible d'enlever plus de voitures. La police municipale, qui dresse les PV,   ne peut pas travailler sept jours sur sept.

Il y a une explication à cette baisse d'activité explique Chantal BRUZY, adjointe à la sécurité publique à la mairie de Perpignan

La société Roussillon Express a accepté de maintenir ce service jusqu'en mai 2017. En attendant, un appel d'offre sera lancé assez vite pour changer de délégataire de service public. Le service fourrière fonctionnera donc toujours.

Attaqué par l'opposition ce jeudi soir en conseil municipal, le maire a rappelé que Perpignan n'avait pas les moyens d'avoir sa propre fourrière.

"Trop compliqué, trop cher. Il faudrait racheter la fourrière actuelle, l'emplacement pour stocker les véhicules en infraction. Embaucher du personnel. Ce n'est pas possible." Jean-Marc Pujol

Partager sur :