Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La France, championne du monde de la durée de la retraite

mardi 5 décembre 2017 à 20:06 Par Anja Vogel, France Bleu

S'il est un domaine dans lequel la France offre un modèle enviable, c'est celui de la retraite: les Français partent plus tôt et y restent plus longtemps que tous les autres citoyens de l'OCDE, selon une étude publiée ce mardi par l'organisation. Avec en prime des revenus plus élevés que la moyenne.

En Italie, les retraités sont encore descendus dans la rue samedi dernier pour dénoncer les réformes et notamment le recul de l'âge du départ à la retraite
En Italie, les retraités sont encore descendus dans la rue samedi dernier pour dénoncer les réformes et notamment le recul de l'âge du départ à la retraite © Maxppp - Vincenzo Tersigni

Deux semaines après le lancement des consultations sur la réforme des retraites en France, l'OCDE relance le débat sur l'âge du départ à la retraite. Nous sommes l'un des pays où il est possible de le reculer davantage, souligne l'Organisation de coopération et de développement économique dans son "Panorama des pensions 2017". La France a pour l'instant encore la retraite la plus longue: l'an dernier on y sortait du marché du travail en moyenne 4 ans avant les autres, à 60,2 ans, et ce avec une espérance de vie bien meilleure: 25,6 ans à pouvoir en profiter, soit presque 4 ans et demi de plus que les autres. Les réformes récentes des retraites complémentaires offrent une flexibilité au système mais les objectifs poursuivis sont ambigus estime l'OCDE.

Les mesures consistent généralement à repousser le départ et à diminuer le revenu des retraités

Au cours des deux dernières années, un tiers des pays de l'OCDE a augmenté le niveau des cotisations, un autre tiers a réparti différemment ou parfois baissé comme en Grèce le montant des pensions, et trois pays ont repoussé l'âge légal de la retraite dont l'Italie. D'ici 2060 il devrait s'établir dans la moitié des pays à environ 66 ans. Un peu moins moins en France. 60 ans au Luxembourg, en Slovénie ou en Turquie. Il s'agit de prendre en compte "le vieillissement démographique, le creusement des inégalités et l'évolution de la nature du travail, sans que personne ne soit laissé pour compte", nous explique l'OCDE. L'effet de ces réformes, reconnait-elle, sera de diminuer le revenu de nombreux retraités, qui pour s'assurer un montant correct devront donc partir plus tard.

L'emploi des seniors va se développer dans la plupart des pays, parfois en cumulant avec la retraite

Comme c'est le cas en France; notre système autorise aussi la retraite anticipée, comme les Pays-Bas et la République tchèque. Mais pour l'heure seuls 10% des Européens âgés de 60 à 69 ans cumulent travail et retraite. D'où l'intérêt de garantir un "taux net de remplacement" élevé; un montant le plus proche possible du salaire au terme d'une carrière complète. Il est de 63% en moyenne dans les pays de l'OCDE, de 74% en France; de seulement 29% au Royaume-Uni, alors qu'il dépasse les 100% en Turquie, aux Pays-Bas et au Danemark pour les bas salaires. Le Danemark où il faudra à terme, pour toucher cette pension complète, travailler jusqu'à 74 ans.

ECOUTER AUSSI la chronique Tous Européens