Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La fraude à bord des TER coûte 1,8 million à la SNCF

mardi 10 novembre 2015 à 19:28 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

La SNCF entend diversifier ses méthodes pour lutter contre la fraudes à bord des TER. Elle estime que cela lui coûte 1,8 million d'euros chaque année en Alsace.

© Maxppp

Strasbourg, France

Chaque jour, en Alsace, il y aurait selon la SNCF entre 4.600 et 6.200 fraudeurs à bord des trains express régionaux (TER) sur les 78.000 voyageurs quotidiens. L'entreprise estime que cette fraude lui coûte chaque année 1,8 million d'euros.

Depuis 2008, la SNCF lutte contre ce fléau avec différentes méthodes : des équipes volantes ou des contrôles sur les quais au départ et à l'arrivée des trains. Les contrôles ne se feront plus de manière systématiques mais plutôt aléatoire ou sous forme d'opération "coup de poing". 53 agents opéreront en Alsace.

"On va au devant de graves soucis" - Michel Mann, CGT cheminots

Pour l'instant, la ligne Strasbourg - Molsheim - Barr est concernée, tout comme les trains qui circulent autour de Mulhouse. A partir de décembre, ces contrôles seront généralisés sur les lignes en direction de Haguenau, Wissembourg, Saverne, Sélestat et l'étoile de Strasbourg.

Les syndicats cheminots craignent le pire puisqu'il n'y a plus systématiquement de contrôleurs à bord des TER. "On sait que certaines lignes sont réputées chaudes comme Strasbourg - Haguenau. Si la présence de contrôleurs n'est pas systématique, on va au devant de graves soucis comme des actes d'incivilités ou de l'insécurité à bord des trains", commente Michel Mann, secrétaire général CGT Mulhouse.

La SNCF, elle rassure. Jacques Mazars, le directeur régional SNCF explique que "les clients nous disent à 96% qu'ils se sentent en sécurité à bord des trains. C'est 7 points de plus qu'en 2013. A Mulhouse, où il n'y a pas de contrôleurs à bord des trains, à 95% les clients se sentent en sécurité".