Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La fréquentation à la RATP pourrait ne pas revenir à la normale avant 2023 selon sa PDG

-
Par , France Bleu Paris

Touchée de plein fouet par la crise sanitaire depuis plus d'un an, la RATP table sur une baisse de fréquentation durable de "10 à 15%" sur une période comprise "entre 18 et 24 mois", selon la PDG du groupe Catherine Guillouard.

La fréquentation a baissé de 43% sur l'ensemble des réseaux RATP depuis le début de la crise sanitaire.
La fréquentation a baissé de 43% sur l'ensemble des réseaux RATP depuis le début de la crise sanitaire. © Radio France - Aurélien Accart

En temps normal, la RATP c'est 12 millions de voyages par jour. Mais ce chiffre, il n'a plus été atteint depuis le début de la crise sanitaire et il risque de ne plus l'être avant un bon moment, selon la PDG du groupe, Catherine Guillouard interrogée mardi 11 mai par nos collègues de franceinfo. Sur l'année 2020, la RATP affiche une baisse de fréquentation de "43% sur l'ensemble des réseaux", souligne-t-elle. Pour le premier trimestre 2021, la baisse est également de 43%. En avril 2021, la RATP "sort d'une phase qui était le creux" avec "moins 60% sur le métro et moins 50% sur les bus. Et actuellement, on est à peu près à 50% de fréquentation. On fait 5 millions de voyages, là où on en faisait quasiment 12 millions".

Une baisse de fréquentation de 10 à 15% jusqu'en 2023 ?

Lors du déconfinement, Catherine Guillouard estime donc qu'il va y avoir  "un effet rémanent de la crise" sur la fréquentation qui sera "entre 10 et 15%, et qui va durer probablement entre 18 et 24 mois". En d'autres mots, la fréquentation des réseaux de la RATP pourrait ne pas retrouver son niveau d'avant-crise avant début 2023. Les raisons de cette baisse durable de la fréquentation sont multiples selon la PDG de la RATP : "Un, le tourisme. 10% de nos recettes sont liées au tourisme (...) et actuellement il y a 67% de tourisme en moins à Paris. Deuxièmement, l'impact du télétravail. (...) Donc tout va dépendre de ce que vont faire les entreprises en sortie de crise. Et puis troisième sujet, l'e-commerce (...) parce que les gens sortent moins pour faire les courses et font plus de commerce en ligne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess