Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Gironde candidate pour tester le revenu de base garanti pour tous

jeudi 27 octobre 2016 à 4:00 - Mis à jour le jeudi 27 octobre 2016 à 8:26 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu

Manuel Valls est en visite ce jeudi à Bordeaux. Le Premier ministre va se rendre au conseil départemental de la Gironde pour évoquer le revenu universel. Car le département veut tester ce revenu pour tous qui pourrait être l'un des thèmes de la campagne présidentielle.

Denise Greslard, conseillère départementale de Talence, pilote le dossier revenu de base.
Denise Greslard, conseillère départementale de Talence, pilote le dossier revenu de base. © Radio France - Yves Maugue

Manuel Valls vient ce jeudi 27 octobre à Bordeaux. Avant d'aller à la rencontre des militants socialistes à Mérignac afin de tester une éventuelle candidature présidentielle, le Premier ministre va se rendre au conseil départemental de la Gironde pour évoquer le revenu universel. Ce revenu de subsistance, un revenu pour tous quelque soit sa condition, est évoqué par des politiques de gauche comme de droite. Il sera sans doute l'un des thèmes de la campagne présidentielle. Et si Manuel Valls vient en parler à Bordeaux, c'est que le département de la Gironde vient de se déclarer prêt à l'expérimenter.

Quatre scénarios à l'étude

Pour l'instant, le Conseil départemental a seulement lancé une étude sur 4 scénarios. Car tout le monde parle de revenu universel, mais pas forcément en y intégrant les mêmes choses. Ce revenu pourrait simplement être la fusion du RSA et des APL, les allocations logement. Il pourrait remplacer les dix minimas sociaux existants actuellement. Il pourrait encore s'agir d'un revenu fixé à 750 euros. Ou, dernier scénario envisagé, à 1.000 euros. Les résultats de l'étude sont attendus en début d'année prochaine. Mais, pour la conseillère départementale de Talence Denise Greslard, il faut avancer. "Ça peut faire évoluer notre rapport au travail, aux services au public, au droit, explique-t-elle. On voit que les fractures actuelles de la société sont dues aux exclusions. C'est à nous politiques de résoudre cela, surtout à nous, politiques de gauche".

C'est une question de société - Jean-Luc Gleyze, président du conseil départemental

Jean-Luc Gleyze, le président du conseil départemental, poursuit : "C'est effectivement une question de société. La valeur travail n'a plus le même écho. La société du plein-emploi n'existe pas. Les jeunes ont de plus en plus de difficultés et vont de petits boulots en petits boulots. L'ubérisation du travail change aussi la donne. Il est temps de se poser des questions de façon plus fondamentale". La Gironde pourrait donc tenter l'expérience de ce revenu universel. Mais ce sera de toutes façons sur une partie très limitée du département. Et peut-être à l'exemple de la Finlande qui teste l'idée sur 2.000 volontaires qui ont été tirés au sort.