Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La grève à l'hôpital de Brive : "On a besoin de repos !"

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Une grève illimitée va débuter aux urgences de l'hôpital de Brive, dans la nuit de mardi à mercredi. Vendredi, c'est tout l'établissement qui est appelé à se mobiliser. L'intersyndicale demande un pool de remplacement, pour laisser les agents hospitaliers prendre leurs congés.

Le personnel des urgences débute un mouvement illimité (illustration)
Le personnel des urgences débute un mouvement illimité (illustration) © Maxppp - © ABJ -PHOTOPQR/NICE MATIN

Brive-la-Gaillarde, France

Les personnels du service des urgences de l'hôpital de Brive rejoignent le mouvement national de grève, à compter de ce mercredi. Une grève illimitée pour dénoncer les conditions de travail et le manque de moyens. Ils seront rejoints vendredi par l'ensemble des services. Victor Teixeira, secrétaire CGT à l'hôpital de Brive, répondait à 8h15 aux questions de Nicolas Blanzat sur France Bleu Limousin.

Pourquoi entrer dans le mouvement seulement maintenant ? "Parce que les tensions sont de plus en plus vives, aux urgences et dans d'autres services", répond le délégué CGT, "le personnel n'en peut plus". Les syndicats ont donc décidé ensemble de se mobiliser. Ce qu'ils réclament ? "Des moyens pour que les repos soient tenus dans cet établissement, parce que c'est le seul moyen d'éviter l'usure physique et psychologique, et peut-être d'éviter d'aller au burn-out".

"On vous met au planning sans vous demander votre avis

Les 70 millions d'euros annoncés par le gouvernement n'y changent rien. "On parle d'une prime de 300, de 100... et ça ne concerne que les urgences, alors que le problème est le même dans tous les services", explique Victor Teixeira, "il faut s'occuper de l'hôpital entièrement !"

Les syndicats demandent avant tout des postes, un pool de remplacement, pour prendre en compte les absences, tout simplement. "Les effectifs sont pensés sans absentéisme, on n'envisage même pas  un congé maternité ou une maladie !", déplore le secrétaire CGT, "donc dès qu'il y a un ou deux absents, on vous met au planning sans vous demander votre avis". La direction de l'hôpital de Brive propose une réunion vendredi.

Choix de la station

France Bleu