Économie – Social

La grève de la faim reconduite vendredi pour quatre salariés du CHU de Limoges

Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin jeudi 23 mars 2017 à 20:47

Grève de la faim reconduite pour ce vendredi et pour la 5e journée consécutive au CHU de Limoges
Grève de la faim reconduite pour ce vendredi et pour la 5e journée consécutive au CHU de Limoges © Radio France - Jérôme Ostermann

Si ils ont obtenu des avancées sur la titularisation des contractuelles jeudi après-midi, les grévistes de la faim du CHU de Limoges n'ont pas convaincu la direction du bien fondé de leur demande concernant les embauches indispensables à leurs yeux. Ils ont donc voté la poursuite de leur mouvement.

Cinquième jour de grève de la faim ce vendredi pour quatre salariés du CHU de Limoges. Reçus en comité technique d'établissement extraordinaire jeudi après-midi, ils ont obtenu une avancée significative pour les contractuelles, avec 10 titularisations de plus dans les années à venir. 2 en 2017 et 8 en 2018. La direction est aussi d'accord sur un principe. Titulariser chaque année 20% des contractuelles contre 5% actuellement dans certains services.

Avancées pour les contractuelles mais rien de neuf sur les embauches

Mais au niveau des embauches, le compte n'y est pas selon les grévistes de la faim. Si la direction est d'accord pour remplacer 14 postes de suppléance d'infirmiers et d'aides soignants laissés vacants, il n'y aura pas d'embauche supplémentaire. C'est pourtant la principale revendication des grévistes et de leurs syndicats (CGT et Sud). Ils demandent le recrutement de 30 infirmières et 60 aides soignants.

L’investissement dans immobilier plus important que l'humain

Le message est clair. L'humain d'abord ! - Radio France
Le message est clair. L'humain d'abord ! © Radio France - Jérôme Ostermann

Hors de question pour la direction à entendre les syndicats. Le directeur de l’hôpital leur a même répondu selon la CGT, qu'il "préférait continuer à investir dans l'immobilier plutôt que dans l'humain". Une réponse qui fait mal à des grévistes de la faim qui après quatre jours à ne s'alimenter que d'eau, de jus de fruit et de chocolat chaud, commencent à craquer, nerveusement et physiquement. Mais ils le disent haut et fort. Ils sont plus que jamais mobilisés.

Reportage audio avec les grévistes de la faim au CHU de Limoges

Témoignage emprunt d'émotion de Jacqueline, infirmière et gréviste de la faim au CHU de Limoges

Déjà plus de 6 500 signatures pour la pétition

Les patients, à l'image de ce couple, sont très nombreux à signer la pétition - Radio France
Les patients, à l'image de ce couple, sont très nombreux à signer la pétition © Radio France - Jérôme Ostermann

D'autant que leur pétition remporte un véritable succès auprès des patients et de ceux qui les accompagnent. Jeudi soir, ils avaient déjà récolté plus de 6 mille 500 signatures, que ce soit sur papier à l’hôpital, ou sur internet. De quoi leur redonner des forces tout comme le soutien de salariés d'autres hôpitaux du Limousin, venus les soutenir cette semaine, d'Aubusson, Tulle, Guéret ou encore Saint Junien. Sans oublier ceux de Legrand, l'Afpa ou encore GM et S, qui sont également passés par solidarité.