Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

VIDÉO - La grève des avocats en toile de fond de la rentrée de la cour d'appel de Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Les avocats du barreau de Nîmes sont toujours mobilisés contre la suppression de leur régime autonome de retraite. Le bâtonnier a pu prendre la parole ce vendredi matin à l'issue de l'audience solennelle de rentrée pour redire pourquoi la profession y est opposée.

Me Jean-Marie Chabaud, le batonnier de l'ordre des avocats de Nîmes lors de sa prise de parole à la Cour d'Appel
Me Jean-Marie Chabaud, le batonnier de l'ordre des avocats de Nîmes lors de sa prise de parole à la Cour d'Appel © Radio France - Sylvie Duchesne

Nîmes, France

"Nous entendons les préoccupations des avocats mais l'audience solennelle de rentrée de la cour d'appel n'est pas le lieu approprié d'une telle expression, précise d'entrée le premier président Michel Allaix. Mais dans le prolongement de cette audience, le bâtonnier pourra prendre la parole". C'est donc après son discours et celui de la procureure générale que Jean-Marie Chabaud, le bâtonnier de l'ordre des avocats de Nîmes, s'est exprimé. S'adressant directement au préfet du Gard, il a tenu tout d'abord à rappeler que le combat des avocats n'était pas un combat contre l'institution judiciaire. "Ce qui nous pousse à poursuivre notre mouvement, a t-il ajouté, c'est la surdité du gouvernement". 

"Il est rassurant de mépriser ceux qu'on ne comprend pas."

Jean-Marie Chabaud a tenu à rappeler que contrairement à d'autres professions, le régime des avocats n'était pas spécial mais autonome. Un régime équilibré qui leur permet de toucher en moyenne une retraite de 1.407 euros par mois. 

Supprimer ce régime les obligerait à payer le double de cotisations, entraînant la fermeture un certain nombre de cabinets. "L'indépendance de l'avocat, spécialement à l'égard du pouvoir qu'il soit exécutif ou législatif, est une garantie démocratique pour l'ensemble de nos concitoyens". 

Le bâtonnier de l'ordre s'est dit peu convaincu par "la pseudo avancée" de la ministre de la Justice. Dans un communiqué publié mercredi après une rencontre entre Nicole Belloubet, le secrétaire d'État chargé des retraites Laurent Pietraszewski et les représentants de la profession, le ministère a annoncé que "les avocats continueraient à bénéficier, dans le cadre du régime universel de retraite, d'une caisse propre à leur profession".

Vers une poursuite du mouvement ?

Pour faire le point et décider des suites du mouvement, le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 70.000 avocats français, a convoqué une assemblée générale extraordinaire ce vendredi après-midi. C'est en fonction de cette réunion que les avocats de Nîmes annonceront lundi s'ils poursuivent ou non leur grève entamée le 6 janvier

La procureure générale près la cour d'appel a de son côté souhaité qu'une issue soit trouvée dans un bref délai en évoquant peut-être "d’autres modalités d’actions pour que les justiciables ne soient pas impactés par cette grève". Verdict lundi.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu