Économie – Social

La grève des avocats se radicalise, une réunion avec Taubira prévue ce mercredi

Par Julien Baldacchino, France Bleu mercredi 21 octobre 2015 à 8:52

La grève des avocats pourrait se poursuivre après vendredi
La grève des avocats pourrait se poursuivre après vendredi © Maxppp

La grève des avocats dans les barreaux, partout en France, se radicalise. Mardi à Lille, les forces de l'ordre ont dû intervenir devant le palais de justice. La Garde des Sceaux Christiane Taubira recevra des représentants des avocats ce mercredi à midi.

La Garde des Sceaux recevra finalement les avocats en colère, ce mercredi midi, place Vendôme. Christiane Taubira a proposé mardi de rencontrer des représentants du Conseil national des barreaux (CNB), de la Conférence des bâtonniers et de l'Ordre des avocats de Paris. C'est le CNB qui, le premier, avait demandé un rendez-vous avec la ministre.

Une réunion qui fait suite au mouvement de grève engagé il y a une semaine par les avocats pour protester contre le projet de réforme de l'aide juridictionnelle de Christiane Taubira. Un projet qui prévoit de relever le plafond de revenus permettant d'accéder à l'aide juridictionnelle – qui permet aux plus démunis d'avoir droit à un avocat – et d'impliquer les barreaux dans le financement de cette aide, dont la grille de rémunération serait corrigée. "Une réforme de progrès" selon la ministre, fortement décriée par les organisations d'avocats qui dénoncent un "passage en force". 

Grève générale dans 37 barreaux

Mardi, selon le CNB, "148 des 164 barreaux de France" suivaient cette grève, la plupart en ne nommant plus d'avocats commis d'office, et 37 d'entre eux en votant une grève générale et illimitée (sauf à Angers, où elle a été limitée à deux jours).

Et le mouvement s'est radicalisé mardi : pour la première fois depuis le début du mouvement, la police a dû intervenir pour ouvrir l'accès au palais de justice de Lille bloqué par quelque 200 avocats. "Environ cinq avocats se sont fait molester", selon Vincent Potié, bâtonnier de Lille. La police conteste cette version et affirme qu'il a fallu "repousser les manifestants".

Une nouvelle AG vendredi

Sur les réseaux sociaux, des photos d'avocats à terre ont suscité des réactions. Le président du CNB Pascal Eydoux a exprimé "sa solidarité totale à l'égard de tous les confrères victimes d'agissements qui mettent en cause les principes fondateurs de la République".

Vendredi, une assemblée générale du CNB est prévue pour déterminer si la grève sera prolongée ou non. Mardi soir, malgré l'invitation de Christiane Taubira à une rencontre ce mercredi, "le principe de ce vote était maintenu", a affirmé le CNB.