Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La grève des cheminots a pris fin ce mercredi matin

-
Par , France Bleu Berry

Retour à la normale sur les rails depuis 8h ce mercredi matin. le trafic des TER était perturbé depuis lundi soir avec une grève des cheminots à l'appel de la CGT.

Le trafic des TER était perturbé depuis lundi soir
Le trafic des TER était perturbé depuis lundi soir © Maxppp - illustration

Châteauroux, France

Les cheminots ont manifesté hier à Paris, à l'appel de la CGT l'unsa, Sud et la CFDT, un an après l'adoption de la réforme ferroviaire. C'était la première fois depuis leur longue grève perlée début 2018. Un mouvement qui a entraîné des perturbations depuis lundi soir, jusqu'à ce mercredi matin, notamment sur le trafic des TER avec 4 trains sur 5 seulement en circulation environ en région Centre Val de Loire. Pourquoi se remobiliser un an plus tard ? "On a mis un an avant de remobiliser les gens parce que les cheminots ont pris un coup sur le casque avec l'adoption de cette loi. Mais cette loi ils ne l'acceptent toujours pas" explique Jean-Claude Durandeau, secrétaire général de la CGT cheminots à Châteauroux. Pour lui, le gouvernement "peut apprendre de ses erreurs, depuis il y a eu le mouvement des gilets jaunes qui a montré que les décisions prises n'étaient pas forcément les bonnes, aujourd'hui les élus de territoires on leur redonne la parole. Et eux sont en train de dire au gouvernement que ça ne fonctionne pas comme ça, notamment sur la question des services publics."

Il y a un vrai mal être au travail pour les cheminots

Jean-Claude Durandeau nous explique pourquoi les cheminots sont de nouveau en grève, un an plus tard

Selon Jean-Claude Durandeau, "les risques psychosociaux au sein de la SNCF sont énormes." Il pointe du doigt un mal être au travail : "on ne sait pas où on va, on supprime votre poste, on supprime votre tâche, on recommence six mois plus tard." Et rappelle qu'il y a des suicides au sein de l'entreprise. Selon lui le réforme ferroviaire accélère, aggrave ce malaise. Jean-Claude Durandeau estime par ailleurs que les cheminots sont prêts à repartir pour une grève à long terme si il le faut aujourd'hui.