Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Économie – Social

Grève des femmes de chambre d'un hôtel 5 étoiles

samedi 26 mai 2018 à 18:07 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris

Les femmes de chambre, gouvernantes et équipiers de l'hôtel "Renaissance Trocadéro" à Paris ont entamé une grève ce samedi. Ces 18 salariés en sous-traitance dénoncent leurs conditions de travail et leurs rémunérations.

Grève des femmes de ménage et gouvernantes de l'hôtel "Renaissance Trocadéro"
Grève des femmes de ménage et gouvernantes de l'hôtel "Renaissance Trocadéro" © Radio France - Valentin Dunate

Paris, France

Dans cet hôtel de luxe qui appartient au groupe américain Mariott, une femme de chambre en sous-traitance doit faire 13 chambres en 7 heures de temps. Ce qui est "presque impossible" selon les salariés. Si la femme de chambre n'a pas fait les 13 chambres, elle reste, sans être payée d'avantage. Rachelle Tchicaya est agent d'entretien : "Aussi longtemps que vous n'avez pas fini vos chambres, vous ne pouvez pas rentrez chez vous, il n'y pas d'heures supplémentaires en fait". Ces femmes de chambres demandent donc à être payé à l'heure et non pas à la chambre, exactement comme les femmes de ménage de l'hôtel qui sont d'ailleurs mieux payées. "Elles gagnent 1500 euros, contre 1200 pour nous. En plus, c'est nous qui faisons tout mais la paye ne suit pas".   

On ne donne pas un statut équivalent aux salariés de la sous-traitance qu'aux salariés en interne, qui font pourtant, exactement le même boulot" - CGT 

Les salariés dénoncent également l'absence de 13ème mois, de représentants syndicaux au sein de l'hôtel. Claude Lévy du syndicat CGT des hôtels de prestige économique parle même de marchandage "L'hébergement c'est quand même cœur de métier d'un hôte. Si vous n'avez pas de femmes de chambres ou de gouvernantes, l'hôtel est fermé. Donc dans ce cœur de métier, il y a un phénomène de marchandage, c'est à dire qu'on ne donne pas un statut équivalent aux salariés de la sous-traitance qu'aux salariés en interne, qui font exactement le même boulot". Les négociations ont donc commencé ce samedi avec le sous-traitant (STN). En attendant, l'hôtel a appelé du renfort pour nettoyer les 80 chambres.

"Aussi longtemps que vous n'avez pas fini vos chambres, vous ne pouvez pas rentrez chez vous"