Économie – Social

La grève des sages-femmes de la clinique Notre-Dame-de-l'Espérance de Perpignan

Par Charlotte Coutard, France Bleu Roussillon dimanche 15 juin 2014 à 16:03

Maternité, image d'illustration.
Maternité, image d'illustration. © Maxppp

Les sages-femmes de la clinique Notre-Dame-de-l'Espérance de Perpignan sont en grève ce lundi. Elles protestent contre leurs conditions de travail. Elles estiment être régulièrement en sous-effectif, ce qui pose des problèmes de sécurité. Faux répond la direction. Pour elle, les revendications sont avant tout salariales, et la clinique compte plus de personnels que ce qu'on lui impose.

Les sages-femmes et auxiliaires puéricultrices sont en grève ce lundi à la clinique Notre-Dame-de-l'Espérance de Perpignan. Une trentaine de salariés, sur la quarantaine du service de maternité , devraient cesser le travail pour dénoncer leurs conditions de travail et la mise en danger de leurs patientes.

Selon les salariées grévistes, les sages-femmes et auxiliaires puéricultrices ne sont régulièrement pas remplacées quand elles sont absentes . Résultat : des problèmes de sous-effectif et de surcharge de travail . Parfois le service de chirurgie ferme car il n'y a pas de patientes, mais en cas d'urgence, ces femmes sont envoyées à la maternité, et les sages-femmes peuvent être amenées à faire le travail d'infirmières. Or ce ne sont pas les mêmes qualifications.

Grève Sages Femmes - PIF 1

Grève Sages Femmes - PAF 1

"Faux ! Totalement faux !"

De son côté, la direction rejette ces accusations, et affirme disposer du personnel nécessaire et des qualifications nécessaires pour accueillir en toute sécurité les patientes.

Selon la direction, les effectifs sont supérieurs au minimum imposé par la réglementation. Et il est totalement impossible qu'une infirmière réalise le travail d'une sage-femme et inversement.

Grève Sages Femmes - PIF 2

Grève Sages Femmes - PAF 2

Par ailleurs, toujours selon la direction, les revendications sont avant tout salariales , et sont nées de divergences concernant les plannings. Selon les sages femmes, ces plannings de congés d'été ont été validés il y a dix jours, avec des changements par rapport à ce qui était prévu, sans concertation. "Faux ! " répond une nouvelle fois la direction. Les plannings ont été réalisés en concertation avec le personnel pour assurer une continuité des soins.

"Les revendications sont majoritairement de nature salariale, statutaire et d’organisation de planning. Nous avons sollicité l’ouverture des négociations".

La direction a proposé des négociations vendredi, mais les sages-femmes auraient refusé. Elles voteront ce soir en Assemblée Générale la poursuite ou non du mouvement. Mais pour assurer une continuité du service public, certaines sages-femmes et auxiliaires qui pourraient être grévistes ce lundi seront réquisitionnées.

Les mesures permettant d’assurer la sécurité de la prise en charge des accouchements en collaboration avec les Praticiens de la Clinique ont été prises en coordination avec l’Agence Régionale de Santé dans le cadre de l’organisation de nos missions de service public.

Partager sur :