Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La grève se poursuit à la clinique Saint Jean Languedoc

mercredi 9 novembre 2016 à 19:15 Par Leila Mechaouri et France Bleu Occitanie, France Bleu Occitanie et France Bleu

La grève a été reconduite à l'unanimité ce mercredi à la clinique Saint Jean Languedoc de Toulouse. Le personnel soignant et administratif dénonce un manque de moyens et craint pour son avenir à l’approche de la fusion avec la clinique du Parc.

Les salariés de Saint Jean Languedoc veulent faire pression sur la direction dans le contexte de fusion avec la clinique du Parc.
Les salariés de Saint Jean Languedoc veulent faire pression sur la direction dans le contexte de fusion avec la clinique du Parc. © Radio France - Elsa Rey

Toulouse, France

Après avoir suivi le mouvement national des personnels soignants, les salariés de la clinique Saint Jean Languedoc poursuivent la grève. Un mouvement reconductible suivi par 70% du personnel (soignant et administratif) selon les syndicats, environ 38% selon la direction.

En cause, le projet de fusion de la clinique Saint Jean Languedoc avec la clinique du Parc, appartenant au même groupe suédois Capio. A l'automne 2018, les deux établissements seront regroupés en une seule clinique : la clinique "Capio La Croix du Sud" qui ouvrira ses portes à Quint-Fonsegrives.

Au-delà du manque de moyens, les salariés de Saint Jean Languedoc dénoncent un nivellement des salaires par le bas et craignent des suppressions de postes à venir. "Il y aura forcément des doublons", déplore Christine Agar. La représentante syndicale SUD Solidaires ajoute que pour l'instant, la direction n'est pas en mesure d'annoncer le nombre de postes prévus dans la future clinique.

Conséquence de la grève, les opérations programmées ont été reportées. Certaines urgences restent prises en charge mais les patients qui ne peuvent pas être soignés sur place sont redirigés vers les autres cliniques du groupe.

Dans un communiqué, la direction s'étonne de ce mouvement de grève alors que "les négociations sont toujours en cours". La prochaine réunion entre syndicats et direction est prévue ce lundi.