Infos

La journée de solidarité a-t-elle atteint ses objectifs?

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace vendredi 6 juin 2014 à 8:06

La journée de solidarité avec les personnes dépendantes a été instaurée en 2004
La journée de solidarité avec les personnes dépendantes a été instaurée en 2004 © @Maxppp

La journée de solidarité a été initiée en 2004 après la canicule de 2003. L'un des objectifs financer une meilleure prise en charge des personnes en perte d’autonomie.

23 milliards auraient été collectés dans le cadre de la journée de solidarité depuis sa création en 2004 selon la caisse nationale de sécurité pour l'autonomie.  Mise en place en 2004, la journée de solidarité devait servir à financer une meilleure prise en charge des personnes en perte d’autonomie. Elle a été décidée après la canicule de 2003, qui avait mis au jour les insuffisances de l’accompagnement des personnes âgées en France. Initialement fixée le lundi de Pentecôte, cette journée de travail non rémunérée est depuis 2008 organisée différemment selon les entreprises (suppression d’un jour de congés ou d’une RTT... selon les accords d’entreprises).

Les recettes de cette journée sont gérée par la caisse nationale de sécurité pour l'autonomie. En 2013, elle aurait ainsi récolté 2,41 milliards d'euros.

plus de 12 milliards d’euros ont servi à financer le fonctionnement et l’investissement dans les établissements médico-sociaux pour personnes âgées et pour personnes handicapées, c’est-à-dire pour créer de nouvelles places conformément aux plans nationaux, pour renforcer le nombre de personnels médicaux, paramédicaux et soignants qui travaillent en maisons de retraite et pour moderniser les établissements ;près de 10 milliards d’euros ont été versés aux conseils généraux pour les aider à financer les dépenses sociales (aides individuelles versées aux personnes : APA, PCH) et le fonctionnement des MDPH.  

Cette journée ne fait toutefois pas l'unanumité. Chaque année, la CFTC dénonce "une mesure injuste vis à vis des salariés et de leur famille". Elle estime que tout travail mérite salaire.

Retrouvez l'interview en intégralité de Patrice Diochet, président régional de la CFTC

Partager sur :