Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"La journée du 17 novembre restera une journée noire dans l'histoire du commerce à Limoges !"

mercredi 28 novembre 2018 à 9:26 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Le président de la CCI de Limoges et de la Haute-Vienne, Pierre Massy, confirme l'énorme impact des blocages de gilets jaunes sur l'activité commerciale. D'autant que ces actions se sont déroulées dans une période d'ordinaire extrêmement intense. Il était l'invité de France Bleu Limousin à 8h15.

Le blocage d'un centre commercial dans l'Est de la France (illustration)
Le blocage d'un centre commercial dans l'Est de la France (illustration) - © Alexandre MARCHIPHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Limoges, France

Les commerçants ont énormément souffert du mouvement des gilets jaunes, notamment sur les premiers jours, à Limoges. Deux zones commerciales ont été particulièrement touchées, confirme le président de la Chambre de commerce et d'industrie de la Haute-Vienne. Pierre Massy répondait à 8H15 aux 3 questions de Jérôme Edant. 

On a entendu des commerçants et des responsables de zones commerciales se plaindre de l'impact des blocages. Quelle est la réalité de cet impact ? 

Certains commerçants m'ont dit n'avoir vu personne entre le samedi matin et le mercredi midi ! C'est valable dans le secteur de la Valoine et pour certaines boutiques du Family Village. Et c'est sans doute une journée à marquer d'une pierre non pas blanche, mais noire !

Ces chiffres d'affaires perdus, ils ne vont pas se rattraper d'ici les fêtes de fin d'année ?

Les commerçants (dans le non-alimentaire) expliquent que les deux derniers week-ends de novembre sont d'ordinaire les deux plus gros week-ends de vente de l'année ! Donc, quand ces deux week-ends sont impactés, c'est évidemment cataclysmique. Certains m'annoncent des baisses de chiffre de plus de 85% et c'est confirmé par les services de l'Etat.

Pierre Massy, président de la CCI de Limoges, était l'invité de France Bleu Limousin ce mercredi matin - Radio France
Pierre Massy, président de la CCI de Limoges, était l'invité de France Bleu Limousin ce mercredi matin © Radio France

Ce qui est paradoxal, c'est que certains chefs d'entreprises rejoignent ou soutiennent ce mouvement des gilets jaunes, qui perturbe leur activité ! 

Oui, c'est paradoxal, mais, tous autant que nous sommes, nous sommes touchés par l'augmentation des prix des carburants et des taxes diverses et variées. Simplement, pour certains, l'impact est plus important que pour d'autres. Mais je trouve dommageable de bloquer des entrées de zones commerciales, car plein de salariés y travaillent pour nourrir leur famille. Et si le mouvement devait durer, certaines entreprises ne seraient peut-être plus capables de résister. 

C'est une double peine en quelque sorte ?

Oui, c'est une double peine pour eux. Qu'on en veuille à l'Etat, c'est une chose, et lundi, le cortège est allé au centre des impôts. Chacun le voit comme il l'entend. Mais aller s'en prendre à des entreprises qui n'y sont pour rien dans ce conflit, c'est tout à fait dommageable.