Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La laiterie Novandie de Savigné-l'Evêque lance sa réorganisation et supprime moins d'emplois que prévu

lundi 25 mars 2019 à 3:40 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

Dix mois après l'annonce du plan de restructuration de l'usine, les 117 salariés sont maintenant fixés sur leur sort. La direction vient de leur adresser un courrier. Finalement, plus de la moitié des emplois sont conservés. La production est maintenue à un niveau supérieur à ce qui était annoncé.

La laiterie Novandie est installée dans le centre-bourg de Savigné
La laiterie Novandie est installée dans le centre-bourg de Savigné © Radio France - Bertrand Hochet

Savigné-l'Évêque, France

"On a limité la casse", se félicite James Emery, délégué CFDT, le syndicat majoritaire chez Novandie. Les négociations avec la direction du groupe laitier ont finalement permis de conserver 73 emplois sur 117 dans l'usine de Savigné-l'Evêque. En juin dernier, lorsqu'elle avait annoncé son plan de restructuration, les dirigeants de la société agro-alimentaire envisageaient de diminuer par deux le nombre de salariés, en n'en conservant que 55 sur leur site sarthois. 

"Nous avons réussi à sauver les meubles", résume James Emery. "La ligne de production menacée de fermeture est maintenue, ainsi que des volumes de travail supérieurs à ceux qui étaient annoncés", détaille le responsable syndical. "Nous conservons une activité pérenne". La CFDT considère que les conditions de la réorganisation sont, au final, honorables : "on ne laisse pas les salariés à la rue. On ne les abandonne pas".   

Des propositions de reclassement pour tous  

En juin 2018, la direction de Novandie expliquait que le groupe traversait des difficultés économiques, liées à la baisse de consommation des produits laitiers en France, conjuguée à une guerre des prix avec la grande distribution qui réduirait sa marge. Turbulences et incertitudes qui lui imposaient une importante restructuration. Les salariés sarthois dont les postes sont supprimés ont tous reçu une proposition de reclassement. 

Certains, comme Jérôme, chaudronnier-soudeur, travaillant depuis 20 ans chez Novandie ont refusé : "je travaille pour la maintenance et on m'oriente vers des postes de production en trois-huit, alors que là, je travaille en journée". L'ouvrier, déjà en contact avec Renault du Mans pour un nouveau travail, quitte Novandie sans amertume : "c'est un moment difficile mais pas insurmontable".   

Une ambiance pesante  

Dans cette usine installée à Savigné-l'Evêque depuis 75 ans, les négociations sur le plan de restructuration se sont déroulées sereinement : pas de blocage de la laiterie, pas de grève, pas de manifestation. Ce qui n'empêche pas une ambiance pensante. Une nouvelle page de la vie de l'usine qui fabrique des fromages blancs de la marque Mamie Nova va se tourner : "voir des collègues qui vont partir, ça fait quelque chose", confie Sylvain, qui occupe un poste administratif. "On est tous concernés, même ceux qui restent. On est habitués à travailler ensemble, à vivre ensemble, à se serrer les coudes ensemble". 

Ce salarié qui vient d'atteindre les 30 ans de carrière n'est pas concerné par le plan social. Il se souvient : "On a déjà vécu des restructurations mais qui se sont souvent passées par des pré-retraites. Il n'y a jamais eu autant de personnes laissées sur le côté". Parmi les employés qui restent, Pascal - 35 ans passés chez Novandie - est partagé entre optimiste et prudence : "J'ai confiance en la direction. J'espère tout de même que dans deux ans, nous serons encore là. S'il faut revivre ça dans deux ou trois ans, ce sera dur".