Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La LGV Bordeaux-Paris, six mois après : une clientèle affaires multipliée par deux, selon la SNCF

lundi 18 décembre 2017 à 8:54 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde et France Bleu

Depuis maintenant six mois, Bordeaux est à 2h04 de Paris après la mise en service de la Ligne à Grande Vitesse. Avec quels résultats ? En terme de trafic, c'est un démarrage en trombe selon la SNCF qui annonce notamment, une clientèle affaire multipliée par deux, depuis la rentrée.

Depuis le 2 juillet, la SNCF annonce un trafic multiplié par 2 pour les voyages professionnels
Depuis le 2 juillet, la SNCF annonce un trafic multiplié par 2 pour les voyages professionnels © Maxppp -

La SNCF se félicite d'un "démarrage en grande vitesse" depuis la mise en service de la LGV reliant Bordeaux à Paris en 2h04 depuis le 2 juillet 2017. Elle annonce une hausse globale de trafic entre Paris, la région parisienne et Bordeaux de 75%, et une clientèle affaires multipliée par deux, depuis septembre 2017.

Un gain de 45 minutes de sommeil

France Bleu Gironde a emprunté l'un des trains à la rencontre de ces voyageurs : à 7h04 à bord du TGV Inoui 8402. Beaucoup d'habitués que l'on reconnaît facilement selon Eric : "ceux qui s'installent rapidement, qui restent pas trois heures dans les couloirs et qui vont tôt chercher leur café au wagon bar, avant d'ouvrir vite leurs ordinateurs pour commencer à bosser". Ordinateur, costard-cravate, visages pas totalement réveillés, voilà pour l'ambiance. La voiture 14 est prise d'assaut. C'est là que s'est installé Eric. Il habite Biscarosse. Il fait le trajet deux fois par semaine environ. Et pour lui 2h au lieu de 3h15 entre Bordeaux et Paris, c'est précieux. : "en arrivant à la même heure à Paris, et avec ce trajet en deux heures, je gagne 45 minutes de sommeil et c'est appréciable".

Choix de vie et budget

Même sentiment pour Nancy qui vit et travaille à Agen et qui se rend de temps en temps à Paris pour des réunions. Avant, elle prenait parfois l'avion. Désormais, elle ne se pose plus la question. "Je vais dans le centre de Paris. C'est plus rapide maintenant, alors même que le TER entre Agen et Bordeaux est lent. Avec l'avion, c'est Orly, il y a le RER ou le taxi, c'est long".

Il n'y a pas un siège libre dans ce TGV ce matin-là et beaucoup de néo-Bordelais croisés au hasard de notre balade micro en main. Patrick par exemple est journaliste sportif. Il a sauté le pas d'installer sa famille à Bordeaux il y a quelque mois. Un choix de vie et de budget aussi "une carte fréquence à 700 ou 800 euros par an + un aller-retour qui fait pas loin de 120 euros, oui c'est pas donné mais c'est un choix et franchement, avant je faisais mes trajets maison/travail en RER et maintenant c'est en TGV !"

LGV et télétravail

C'est aussi le raisonnement de Philippe salarié de la finance à Paris. Il a déménagé de Meaux à Bordeaux il y a deux mois. Il avait quatre heures de RER chaque jour. "La LGV a été un facilitateur" selon lui, "la LGV et le télétravail". Il avait auparavant une journée de télétravail. Il est passé à deux, prend le train tous les mardis matin et jeudis soir. Il est à l'hôtel à ses frais à Paris entre les deux. "Il y a un coût c'est vrai. L'immobilier a beaucoup augmenté à Bordeaux mais il n'est pas encore au niveau de Paris!". A-t-il suscité des vocations parmi ses collègues ? "Au début, ils se moquaient et me trouvaient fou. Et aujourd'hui, certains réfléchissent sérieusement à faire comme moi, à Bordeaux, Nantes ou Rennes. Il faut dire que la qualité de vie quand on habite ici n'a rien à voir avec la région parisienne. On a l'océan pour rien. Enfin si. Juste le prix de l'essence!"

Toute la semaine France Bleu Gironde fait le bilan des six mois de la LGV.

Il faut 2h04 au mieux depuis 6 mois pour relier Bordeaux à Paris - Radio France
Il faut 2h04 au mieux depuis 6 mois pour relier Bordeaux à Paris © Radio France - Stéphanie Brossard

►A LIRE AUSSI : match LGV-avion : Air France a perdu un quart de ses passagers vers Paris